De jeunes Haïtiens sont « accros » à la chicha. Ils ignorent souvent ses dangers. – HB News


Les jeunes ne considèrent pas la chicha comme une drogue à cause de son odeur aromatique

La chicha, une forme de pipe à eau de taille variée, destinée principalement à fumer du tabac ou de l’essence de fruits, est très populaire auprès des jeunes en Haïti. La pratique peut cependant engendrer des problèmes cardio-vasculaires ou pulmonaires chez les consommateurs les plus zélés, selon les spécialistes.

La chicha est tellement populaire que des bars ouvrent des coins dédiés à sa consommation. À House of Beer, il faut se rendre à l’Exclusive Hookah. Noël Wilnick, un employé de cette section en parle comme d’un des espaces les plus utilisés du restaurant.

La chicha est aussi connue sous le nom le narguilé, shisha ou encore hookah.

L’Exclusive Hookah met à la fois à la disposition des consommateurs l’appareil et le tabac. « Les consommateurs sont majoritairement des jeunes, fait savoir Noël Wilnick. Le client paie 2 500 gourdes pour la consommation complète d’un hookah. Si le client veut doubler sa dose, il doit payer la moitié du prix. En cas où il souhaite rajouter d’autres saveurs comme la fraise, l’orange ou la menthe, il doit payer l’unité à 500 gourdes. »

Elise Hernanttia Murielle A. Seide a 21 ans et elle dit ne plus pouvoir se passer de la chicha. Cette étudiante en troisième année de Sciences politiques à l’Institut National d’Administration de Gestion et des Hautes Études internationales (INAGHEI) a commencé à aspirer les fumées parfois colorées des hookah en 2019, elle avait alors dix-huit ans.

« Les doses étaient extrêmement fortes et peuvent rapidement mettre quelqu’un en état d’ivresse », explique Seide. La diplômée en gestion du tourisme développera progressivement une dépendance au tabac.

Fumer a des effets dévastateurs sur la santé, selon des experts.

Seide raconte avoir ressenti des difficultés respiratoires pendant près de deux mois après ses premières consommations. « Depuis que j’ai modéré les doses, je n’ai jamais ressenti cela », ajoute-t-elle.

La créativité des consommateurs n’a pas de limite. « Parfois, je mets de la marijuana dedans pour pimenter mes moments de plaisir », raconte Lincey Pierre, une résidente du quartier de Canapé-Vert à Port-au-Prince.

L’Association pour la Prévention de l’Alcoolisme et autres Accoutumances Chimiques (APAAC) déclare que les fumeurs de chicha sont exposés à une quantité de fumée plus importante que les fumeurs de cigarettes.

« Un fumeur de cigarettes consomme généralement un volume de fumée compris entre 0.5 et 0,6 litre alors qu’un fumeur de chicha inhale des bouffées de 0,15 à 1 litre. Une séance de chicha expose donc le fumeur à un volume moyen de fumée correspondant à 100 cigarettes ou plus », lit-on dans un document de l’APAAC, traitant la question.

L’APAAC, qui mène depuis 2017 une campagne de sensibilisation à travers les écoles de la capitale contre cette pratique a déjà enregistré des centaines d’élèves qui, au moins une fois, ont déjà consommé la chicha soit avec un ami ou avec les membres de leurs familles, déclare Esther Lahens, responsable de la section de prévention à l’institution.

« Certains des élèves nous rapportent que leurs parents consomment la chicha presque tous les dimanches à la maison et cela se pratique toujours dans une parfaite ambiance entre amis. Les enfants sont souvent invités à prendre part à cette activité. En revanche, les enfants issus de la classe moyenne la consomment dans des clubs ou chez leurs amis », fait savoir Lahens.

Fumer la chicha fait encourir les mêmes risques de maladies pulmonaires, cardiovasculaires ou de cancers que chez les fumeurs classiques de cigarettes. « D’ailleurs, elle contient beaucoup plus de tabac que la cigarette », réitère Esther Lahens.

La chicha se trouve parmi les drogues perturbatrices qui provoquent une sensation de bien-être chez la personne. « Les groupes d’enfants avec lesquels nous travaillons ne voient pas la chicha comme étant une drogue, déclare Esther Lahens. Ils croient qu’elle ne représente aucun danger pour la santé vu son odeur aromatique. »

Les mises en garde contre une utilisation excessive de la chicha viennent aussi des médecins. Jean Esther Ardouin Louis Charles est pneumologue et directeur de l’hôpital du Sanatorium. Il relate qu’un fumeur de chicha est exposé au cancer.

La grosse bouffée généralement inhalée par un fumeur de chicha apporte beaucoup plus de nicotine, monoxyde de carbone, aux organes et cela peut provoquer entraîner des conséquences négatives sur le poumon, rajoute-t-il.

Les photos sont de Carvens Adelson pour HB News.

Fenel Pélissier

Fenel Pélissier est avocat au Barreau de Petit-Goâve, professeur de langues vivantes et passionné de littérature.



Related Articles

Responses

Your email address will not be published.