Deux hauts fonctionnaires de l’administration de Joe Biden annoncent des mesures sur Haïti – HB News


HB News a obtenu la retranscription d’une discussion entre des officiels du gouvernement américain et des médias étrangers. Ces officiels annoncent, entre autres, des annulations de visas contre ceux qui supportent les gangs en Haïti

Ce mercredi 12 octobre 2022, une délégation du gouvernement américain arrive en Haïti. Elle doit évaluer la situation sécuritaire sur place, et organiser des discussions de haut niveau avec des acteurs politiques et de la société civile. Ces échanges vont guider les actions prochaines du gouvernement concernant Haïti.

La plus grosse annonce de la journée provient cependant d’une discussion animée par deux officiels de l’administration de Joe Biden avec des journalistes. Très bientôt, disent ces officiels, d’anciens membres de gouvernements haïtiens et des individus qui supportent les gangs vont voir leur visa américain révoqué.

La liste des Haïtiens touchés par cette mesure ne peut être rendue publique pour des raisons de confidentialité. Les officiels ne veulent pas non plus dire combien sont les individus ciblés et comment ils ont procédé pour dresser la liste.

« À l’heure actuelle [le département d’État] identifie un premier groupe de personnes et les membres de leur famille immédiate qui pourraient être soumis à des restrictions de visa en vertu de cette politique », a précisé le secrétaire d’État Anthony J. Blinken, dans une note de presse ce mercredi.

« Notre intention en imposant ces restrictions de visa est de démontrer qu’il y a des conséquences pour ceux qui incitent à la violence et aux troubles dans le pays, tandis que nous continuons à soutenir les citoyens, les organisations et les fonctionnaires en Haïti qui se sont engagés à générer de l’espoir et des opportunités pour un meilleur avenir dans leur pays », lit-on dans la note de l’officiel américain.

Les États-Unis comptent augmenter et déployer dans les prochains jours une assistance sécuritaire à la Police nationale d’Haïti « afin de renforcer sa capacité à contrer les gangs et à rétablir un environnement sécuritaire stable dans un état de droit », rajoute Anthony J. Blinken.


MODÉRATEUR : Bonjour à tous. Bienvenue à l’appel d’aujourd’hui pour discuter de la réponse du gouvernement des États-Unis à la situation en Haïti. Cet appel est en « background » et sous embargo jusqu’à ce qu’il soit conclu. Nous accueillons aujourd’hui deux hauts fonctionnaires de l’administration. Pour votre information et non à des fins de rapport, nos deux conférenciers sont [Senior Administration Official One] et [Senior Administration Official Two], qui seront ci-après désignés respectivement comme haut fonctionnaire de l’administration numéro un et haut fonctionnaire de l’administration numéro deux, dans notre transcription.

Nous aurons un temps limité pour les questions à la fin de nos remarques liminaires, mais je vais commencer par donner la parole à [Haut fonctionnaire de l’administration un] pour commencer par quelques commentaires, suivi ensuite de [Haut fonctionnaire de l’administration deux]. [Senior Administration Official One], ou haut fonctionnaire de l’administration numéro un, s’il vous plaît, allez-y.

SENIOR ADMINISTRATION OFFICIAL ONE: Super, merci beaucoup et bon après-midi à tous. Merci d’avoir répondu à l’appel.

Compte tenu des développements en Haïti, nous voulions — [c’est] l’occasion de parler des efforts des États-Unis et de la communauté internationale en Haïti. Tout d’abord, je voulais mentionner que nous suivons de près l’évolution de la situation sanitaire et sécuritaire en Haïti, en particulier la menace que représente le choléra pour la population haïtienne, ainsi que les actions en cours des acteurs criminels qui entravent les mesures urgentes pour y faire face. Et je ne parle pas seulement des gangs, mais de certains des acteurs qui soutiennent et, dans certains cas, financent les activités des gangs.

Dans ce contexte, je voulais tout d’abord souligner que lors du voyage du secrétaire d’État à l’Assemblée générale de l’OEA la semaine dernière, il a coprésidé une réunion avec le Canada et Haïti qui portait sur cette question et a tenté, en tant que membres de l’OEA, de voir comment répondre au mieux aux besoins du peuple haïtien. Et puis, suite à la demande d’assistance du Premier ministre Henry, c’est quelque chose que nous travaillons très étroitement également à travers le Conseil de sécurité de l’ONU pour proposer des actions spécifiques pour améliorer la situation sécuritaire dans le pays en coordination avec la communauté internationale et le gouvernement haïtien.

Je tiens à mentionner que les États-Unis condamnent fermement ceux qui continuent de bloquer la distribution de carburant, qui étrangle le pays en empêchant les écoles, les usines et les entreprises de fonctionner et, plus important encore, en bloquant l’aide humanitaire vitale et le soutien pour lutter contre pandémie de choléra [cholera pandemic].

À cette fin, et je conclurai ici, je voulais mentionner qu’aujourd’hui, le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian Nichols, dirige une délégation interinstitutions à Port-au-Prince. Il est rejoint par le lieutenant-général Andrew Croft, le commandant militaire adjoint du SOUTHCOM, ainsi que des conseillers principaux et du personnel de la Maison Blanche, du bureau du secrétaire à la Défense, de l’état-major interarmées et des affaires internationales de stupéfiants et d’application de la loi du Département d’État. Ils rencontreront le gouvernement, le groupe Montana, les dirigeants du secteur privé et de larges groupes de toute la société pour vraiment parler de la demande qui a été présentée par le Premier ministre et s’assurer que nous nous engageons activement avec tous les secteurs de la société haïtienne pour nous assurer que la communauté internationale répond aux besoins d’Haïti.

Permettez-moi de noter également – et mon collègue pourrait entrer plus en détail ici – qu’en plus de la réponse sécuritaire, nous avons fourni depuis l’année dernière plus de 171 millions de dollars d’aide humanitaire vitale à Haïti, ainsi que 90 millions à renforcer la Police nationale d’Haïti. Mais nous cherchons également à accélérer l’assistance supplémentaire pour aider à la réponse à la pandémie de choléra et à fournir un soutien humanitaire et du carburant indispensables aux organisations et — qui en ont besoin pour pouvoir opérer sur l’île.

Permettez-moi donc d’en rester là et de demander ensuite à mon collègue de parler de quelques-unes des mesures très précises que le Département d’État prendra aujourd’hui. Merci.

MODÉRATEUR : Merci beaucoup. Je vais maintenant donner la parole à notre deuxième orateur, le haut responsable de l’administration numéro deux.

RESPONSABLE DEUXIÈME DE L’ADMINISTRATION : Merci beaucoup. Pour compléter les remarques de [Senior Administration Official One], je voulais ajouter que plus tard dans la journée, le Département d’État annoncera de nouvelles mesures pour fournir le soutien nécessaire au peuple haïtien et tenir pour responsables ceux qui continuent de promouvoir la violence. Plus précisément – et je crois que c’est sous embargo jusqu’à 14 h 30 ; nos collègues de l’appel peuvent confirmer que – nous annoncerons une nouvelle politique de restriction des visas en vertu de l’article 212 (a) (3) (C) de la loi sur l’immigration et la nationalité contre les fonctionnaires haïtiens et d’autres personnes – je devrais dire les fonctionnaires haïtiens et d’ anciens responsables gouvernementaux et d’autres personnes impliquées dans le fonctionnement des gangs de rue et d’autres organisations criminelles haïtiennes qui ont menacé les moyens de subsistance du peuple haïtien et bloquent l’aide humanitaire vitale. Ces actions peuvent également s’appliquer aux membres de la famille immédiate de ces personnes.

Donc, à l’heure actuelle, le département identifie un premier groupe de personnes et les membres de leur famille qui pourraient être soumis à des restrictions de visa en vertu de cette politique. Notre intention, ce faisant, est de démontrer qu’il y a des conséquences pour ceux qui financent et fomentent la violence en Haïti.

Comme mon collègue l’a mentionné, bien sûr, en nous appuyant sur la résolution 2645 du secrétaire de l’ONU et du Conseil de sécurité de l’ONU, nous avons rédigé avec notre proche partenaire et coauteur, le Mexique, une résolution proposant des mesures de sanctions spécifiques et appelant à des mesures de sécurité supplémentaires pour permettre à la communauté internationale de faire face aux nombreux défis auxquels est confronté le peuple haïtien. Cette résolution a été présentée la semaine dernière, et nous négocions actuellement avec les membres du Conseil de sécurité de l’ONU avant un vote.

Comme mon collègue l’a également mentionné, nous envisageons d’augmenter et de déployer dans les prochains jours une aide à la sécurité supplémentaire ainsi qu’une aide humanitaire supplémentaire pour fournir des produits spécifiquement nécessaires de toute urgence pour [lutter contre] le choléra et une réponse humanitaire plus large. Cela comprendra donc des articles tels que de l’eau de Javel, des kits de choléra, des cruches d’eau, des sels de réhydratation orale et d’autres fournitures dont on a un besoin critique. Et bien sûr, pour souligner, comme [Senior Administration Official One] l’a mentionné plus tôt, le facteur limitant critique en ce moment du carburant, qui est quelque chose sur lequel nous nous concentrons tous de toute urgence.

Retour à vous.

MODÉRATEUR : Excellent, merci beaucoup. Pourrions-nous s’il vous plaît aller à la ligne de Léon Bruneau de l’AFP ?

QUESTION : Oui, bonjour. Merci pour — salut, merci d’avoir répondu à nos questions. Une petite question. Vous avez mentionné qu’il est question d’un groupe de travail potentiel par l’intermédiaire de l’ONU qui pourrait être envoyé en Haïti. Pourriez-vous nous donner des détails sur l’état des négociations à ce sujet ? Qui dirigerait ce groupe de travail ? Sera-ce les États-Unis ou d’autres pays, et qui est à bord ? Des détails à ce sujet, s’il vous plaît. Merci.

RESPONSABLE SUPÉRIEUR DE L’ADMINISTRATION : Merci. Donc, sans entrer dans trop de détails, je pense qu’en ce moment, comme je l’ai mentionné, le secrétaire d’État, le ministre des Affaires étrangères Joly, le ministre haïtien des Affaires étrangères, a eu des conversations initiales à ce sujet avec des membres de l’OEA à Lima, et dans le cadre des conversations avec d’autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU, pensant vraiment à quoi – comment nous pouvons être le plus réactifs à la demande du Premier ministre Henry, mais je pense aussi à la sortie de la visite du secrétaire adjoint Nichols et de ses conversations avec la société civile, avec le groupe Montana et avec d’autres acteurs, en veillant à ce que nous ayons – avons largement consulté la société haïtienne et essayons vraiment de nous ajuster en conséquence.

Donc je ne sais pas, [Senior Administration Official Two], s’il y a quelque chose de plus que vous voudriez ajouter à ce sujet.

RESPONSABLE DEUXIÈME DE L’ADMINISTRATION : Rien de plus, merci.

MODÉRATEUR : Merci beaucoup. Pourrions-nous s’il vous plaît aller à la ligne de Michael Wilner de McClatchy?

QUESTION : Merci d’avoir fait cela. Donc, vous parlez de toute cette aide que vous envisagez d’apporter à Haïti. Comment allez-vous déplacer cette aide dans les rues alors que ces rues sont contrôlées par des gangs ? Fournirez-vous la liste des personnes que vous aimeriez voir affectées ou sanctionnées par cette nouvelle politique de restriction des visas ? Et en ce qui concerne la demande du secrétaire général de l’ONU pour une force de frappe rapide, où est le soutien pour cela ? Les États-Unis sont-ils disposés à y participer ? Quelle en serait la structure ? Qui d’autre est intéressé par ça ? Pouvez-vous donner des détails ?

RESPONSABLE SUPÉRIEUR DE L’ADMINISTRATION : Merci. Alors Michael, je vais laisser mon collègue parler du visa — votre question sur le visa. Je dirai sur l’aide à la livraison, pour des raisons de sécurité opérationnelle, je ne vais pas prédivulguer les détails de quoi, quand, comment. Mais juste pour souligner à nouveau que nous cherchons à déployer une aide humanitaire importante, particulièrement axée sur la situation de la sécurité sanitaire, en essayant également de faire face aux pénuries de carburant auxquelles sont confrontés non seulement le gouvernement, mais aussi les organisations humanitaires sur le terrain.

Je pense que la solution à long terme consiste à améliorer la situation en matière de sécurité. À cette fin, nous engageons des discussions actives avec nos partenaires internationaux. Je sais que le Département d’État et le secrétaire en ont discuté directement avec – pas seulement avec le Canada et Haïti, mais avec d’autres pour essayer de se préparer à ce à quoi cela ressemble.

Mais je pense que les États-Unis veulent s’assurer que nous répondons autant que possible aux besoins en Haïti. Et évidemment, nous reconnaissons qu’il existe une variété de points de vue sur la forme que cela a prise dans le passé, y compris, je pense, des points de vue partagés sur le soutien à la MINUSTAH. Je pense que nous le sommes — nous étudions cela de très près et voulons nous assurer que nous faisons davantage les bonnes choses pour répondre aux besoins d’Haïti.

[Senior Administration Official Two], avez-vous quelque chose à dire ?

DEUXIÈME RESPONSABLE DE L’ADMINISTRATION SUPÉRIEURE : Donc, en ce qui concerne les restrictions de visa, juste pour dire une fois de plus qu’avec ces restrictions, nous envoyons un message clair que ceux qui fournissent un soutien aux gangs de rues haïtiens et à d’autres organisations criminelles par le biais d’un soutien financier et d’autres formes de soutien matériel, y compris la facilitation du trafic illicite d’armes et de stupéfiants, ne sont pas les bienvenus aux États-Unis. Comme je l’ai mentionné précédemment, les restrictions peuvent être appliquées non seulement à ces personnes, des personnes ciblées, mais également aux membres de leur famille immédiate, en particulier leurs conjoints et leurs enfants de tout âge.

Pour répondre spécifiquement à votre question, en vertu de la loi américaine, les dossiers de visa individuels sont confidentiels et nous ne pouvons donc pas fournir de détails sur qui est ou sera concerné.

HAUT RESPONSABLE DE L’ADMINISTRATION : Puis-je revenir rapidement sur un point — je pense que c’est juste — une mesure très concrète de soutien est — je pense que c’est un signe de résolution et de soutien pour le peuple haïtien. La Garde côtière américaine déploiera l’un de ses principaux [bateaux] pour patrouiller au large de Port-au-Prince à la demande du Gouvernement d’Haïti et en étroite coordination avec le Département d’État. Je pense que, tout comme notre réponse au tremblement de terre en Haïti en août dernier, nous nous assurons que nous avons une approche globale, pas seulement l’USAID, mais évidemment le ministère de la Défense, la Garde côtière et d’autres qui ont, je pense, un record de juste — de fournir un soutien à Haïti.

Nous pré-déployons donc des ressources pour nous assurer que nous sommes aussi responsables – réactifs que possible – à la menace de la pandémie de choléra. Et évidemment, alors que la communauté internationale parle de la réponse sécuritaire, comment pouvons-nous vraiment mobiliser cette réponse le plus rapidement possible, que ce soit – franchement, que ce soit le soutien continu que nous avons fourni aux unités de police spéciales de la Police nationale d’Haïti, la formation, l’équipement des programmes pour réduire la violence dans les communautés affectées, mais aussi tout soutien spécifique à la sécurité qui sera discuté dans le cadre de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

MODÉRATEUR : Excellent. Merci beaucoup. Pourrions-nous s’il vous plaît aller à la ligne de Jackie Charles du Miami Herald.

QUESTION : Bonjour, bon après-midi. Merci d’avoir fait ça. Deux questions. Pourquoi des restrictions de visa et non des sanctions, puisque c’est très attendu ? Pourquoi n’empruntons-nous pas cette voie ? Et aussi, est-ce que la réaction que vous avez tous eue en termes de diaspora – aucune intervention et nous en avons entendu parler en Haïti – est-ce que cela influence l’hésitation ici à soutenir une sorte de force de frappe pour entrer et prendre le contrôle des gangs ? Parce que tout ce que nous entendons d’Haïti, c’est que la situation est vraiment urgente, pas seulement à cause du choléra, mais pas du carburant. Nous voyons le pillage qui s’est produit avec l’aide. Et donc je me demande simplement, dans quelle mesure l’administration est-elle influencée en termes de retour d’information ?

HAUT RESPONSABLE DE L’ADMINISTRATION : Ouais. Alors non, Jackie, merci, et vraiment, merci pour votre couverture active et régulière de ce problème. Écoutez, ce que je dirai, c’est que les visas sont une action, mais nous envisageons un certain nombre de mesures. Comme nous l’avons mentionné au début, il y a — il y a souvent des acteurs politiques et économiques qui sont liés aux gangs. Et comme vous le savez mieux que moi, la violence est souvent liée à une sorte d’instabilité politique dans le pays. Et donc nous ne nous contentons pas des visas ; nous allons explorer d’autres mesures pour nous assurer que nous tenons pour responsables ceux qui empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire et mettent en danger la sécurité du peuple haïtien. Je ne veux donc pas pré-annoncer des actions spécifiques, mais sachez simplement que nous n’examinons pas seulement les sanctions en matière de visa. Nous envisageons quelque chose de beaucoup plus vaste.

Deuxièmement, et je demanderai à mon collègue d’intervenir également là-dessus, c’est que la question d’une présence de sécurité est évidemment un domaine dans lequel nous avançons très prudemment pour nous assurer que nous faisons ce qu’il faut et que nous ne faisons pas ce qui s’est fait dans le passé qui n’a pas fonctionné. Et aussi, dans le contexte du Conseil de sécurité de l’ONU, quel est vraiment le — quel est le mandat que le conseil sera prêt à fournir et quels pays seraient prêts à intensifier quoi. Les États-Unis vont certainement avoir un soutien solide pour ce qui sort du Conseil de sécurité de l’ONU et ce qui sort des discussions du secrétaire adjoint Brian Nichols en Haïti. Mais nous voulons nous assurer qu’il s’agit d’un effort de la – de la communauté internationale et qu’il est complet et solide.

MODÉRATEUR : D’accord, super. Merci beaucoup. Pourrions-nous s’il vous plaît passer à Jennifer Hansler de CNN.

QUESTION : Bonjour, merci d’avoir fait cela. Pour mettre un point plus précis, les États-Unis n’ont pas exclu l’envoi de troupes en Haïti pour tenter de contrôler la situation sécuritaire sur le terrain. Et puis je sais que les restrictions de visa sont classifiées, mais pouvez-vous dire approximativement combien de personnes ont été concernées par cette nouvelle politique ? Combien de restrictions avez-vous mises en place ? Merci.

HAUT RESPONSABLE DE L’ADMINISTRATION : Je dirais donc — merci pour la question. Je dirai qu’il est prématuré de parler uniquement d’une présence de sécurité américaine. Nous nous sommes concentrés au cours de la dernière année sur l’augmentation des capacités de la Police nationale d’Haïti, car, en fin de compte, nous voulons que les forces haïtiennes soient en mesure de gérer la situation sécuritaire. Et comme je l’ai mentionné, nous explorons actuellement un certain nombre d’options avec la communauté internationale. Ce n’est pas — cela ne doit pas être limité aux bottes sur le terrain, pour ainsi dire, mais vraiment regarder les domaines où nous pouvons soutenir d’autres éléments de, en fin de compte, ce que le Conseil de sécurité de l’ONU pense qu’il peut soutenir et ce que le peuple haïtien veut. Donc — mais encore une fois, je pense qu’il est prématuré de vraiment commencer à se demander si les États-Unis vont mettre — avoir une présence physique à l’intérieur d’Haïti.

HAUT RESPONSABLE DE L’ADMINISTRATION DEUX : Je voudrais juste ajouter en ce qui concerne les chiffres, nous n’avons pas de chiffre à partager pour le moment. Mais je voulais renforcer les commentaires de mon collègue plus tôt selon lesquels nous travaillons sans relâche sur un éventail de mesures de sanctions différentes. Évidemment, ces restrictions de visa sont la première étape que vous voyez, mais nous avons l’intention d’annoncer des étapes et des sanctions supplémentaires dans les jours, les semaines et les mois à venir.

MODÉRATEUR : Merci. Pourrions-nous s’il vous plaît aller à la ligne de David Adams d’Univision.

QUESTION : Bonjour et merci d’avoir fait cet appel. Serait-il juste de dire, compte tenu de ce que – les remarques que nous avons entendues, qu’il y a une décision maintenant qu’une sorte de présence de sécurité, une présence de sécurité armée, doit être mise en place en Haïti afin de rétablir un certain degré de sécurité qui peut permettre l’acheminement de l’aide humanitaire ? Et cela pourrait-il — cela pourrait-il même éventuellement impliquer l’étranger — l’embauche de contractuels étrangers par opposition à une force des pays membres Nations Unies ?

RESPONSABLE SUPÉRIEUR DE L’ADMINISTRATION : Merci, David. Donc, encore une fois, je pense que non seulement la demande du Premier ministre, mais aussi, je pense, le secrétaire général de l’ONU a également défini un certain nombre d’attentes. Nous examinons donc la demande du gouvernement d’Haïti en coordination avec des partenaires internationaux. Je pense donc que nous sommes, comme vous l’avez mentionné, très concentrés sur la fourniture d’une aide humanitaire vitale, y compris le soutien médical pour faire face à l’épidémie de choléra. Nous allons essayer d’accélérer cette aide, y compris la livraison de carburant. Mais encore une fois, c’est quelque chose qui, avant de spéculer, vous voulez vraiment vous assurer que le secrétaire adjoint Nichols reviendra après avoir parlé non seulement avec le Premier ministre Henry, mais avec le secteur privé, la société civile et d’autres groupes qu’il y a des conversations en cours, comme mon collègue a mentionné, nos efforts pour – avec le Mexique pour rédiger une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. C’est donc — ce sera, je pense, le résultat d’un certain nombre de conversations sur lesquelles nous travaillons rapidement pour répondre à beaucoup de ces questions et être réactifs.

MODÉRATEUR : Merci. Pourrions-nous — nous avons le temps, je crois, pour une autre question. Pourrions-nous s’il vous plaît aller à Danica Coto de l’AP.

QUESTION : Oui, bonjour. Merci pour cet appel. Les restrictions de visa entreront-elles en vigueur immédiatement ? Et aussi, combien de temps seront-elles en place ? Et l’autre question est, lorsque vous avez mentionné que vous alliez déployer une assistance à la sécurité, pourriez-vous fournir des détails. Qu’est-ce que cela signifie et à quoi cela ressemble-t-il ?

RESPONSABLE DEUXIÈME DE L’ADMINISTRATION : Bien sûr. En ce qui concerne les restrictions de visa, c’est quelque chose que nous mettons en place immédiatement. Une fois que ces restrictions sont en place, il existe un processus pour supprimer des restrictions spécifiques d’un individu, ce qui est assez onéreux (onerous). C’est donc quelque chose qui se poursuit à perpétuité. Et je m’en remets à mon collègue pour l’assistance à la sécurité.

HAUT RESPONSABLE DE L’ADMINISTRATION : Ouais. Donc, je veux dire, comme je l’ai mentionné au début, au cours des 18 derniers mois, nous avons alloué plus de 90 millions d’aide à la sécurité pour renforcer la Police nationale d’Haïti. Cela comprend la formation, l’équipement et le vetting des unités spéciales. Et en ce moment, je pense qu’il est prématuré de donner trop de détails, juste que nous parlons activement — la communauté internationale, comme je l’ai mentionné, travaille avec le Mexique sur cette résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Et encore une fois, le secrétaire adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental a une conversation non seulement avec le gouvernement, mais avec d’autres acteurs, y compris le groupe Montana, pour s’assurer que nous répondons aux besoins du peuple haïtien.

Écoutez, au final, Haïti compte. Le président des États-Unis, le vice-président, le secrétaire d’État sont très concentrés sur Haïti. Nous nous efforçons d’éviter les erreurs du passé, mais en ce moment, l’accent est vraiment mis sur la situation de sécurité humanitaire et sanitaire, les mesures immédiates que nous prenons pour responsabiliser ceux qui sont derrière, une grande partie des gangs et des activités de sécurité. Et puis, en collaboration avec la communauté internationale, essayer de trouver une réponse qui aide à faire face à la situation sur le terrain et donne au peuple haïtien la possibilité d’exercer réellement son droit de vote de manière libre, équitable et sécurisée.

Photo de couverture : ©Twitter Brian A. Nichols



Related Articles

Responses

Your email address will not be published. Required fields are marked *