interview exclusive avec un haut responsable – HB News


Les gangs ont endommagé la route menant au terminal, révèle à HB News le responsable.

70 % de la capacité totale de stockage de produits pétroliers du pays se trouve au Terminal Varreux à Cité Soleil. Depuis le 12 septembre 2022, cet espace se trouve bloqué par les membres du gang G9, dirigé par l’ancien policier, Jimmy Cherizier, alias Barbecue.

Dans un tweet publié le mardi 4 octobre dernier, le Terminal Varreux SA et le stockage pétrolier WINECO SA ont dit souhaiter qu’un couloir humanitaire, accepté et respecté par tous les Haïtiens, soit mis en place en urgence afin de permettre l’approvisionnement en priorité des hôpitaux, des centres de traitement d’eau et des télécoms. Des ambassades ont aussi lancé des appels similaires, sans succès.

En début de semaine, une note circulant sur les réseaux sociaux affirmait que les compagnies Seaboard et CBA, deux lignes maritimes, allaient cesser leurs opérations, ce qui déboucherait sur l’indisponibilité de denrées alimentaires et d’autres produits importés dans le pays.

Des ambassades ont aussi lancé des appels similaires, sans succès.

Contactés directement par HB News, des représentants de ces compagnies affirment avoir un trop-plein de containeurs (plusieurs centaines) dans les ports, ce qui rend tout nouveau débarquement difficile. Un membre de CBA affirme que la compagnie observe la situation et peut reprendre ses activités à partir de la semaine prochaine. Il convient de noter qu’Haïti compte une douzaine de lignes maritimes.

En dix mois, c’est la troisième fois que l’accès au terminal de Varreux est rendu impossible par Jimmy Cherizier. Dans une adresse à la nation tard dans la nuit du 5 octobre 2021, le Premier ministre Ariel Henry a déclaré que les hommes armés qui bloquent l’accès au terminal le font dans leur propre intérêt. Il n’est pas clair comment cette déclaration va aider à débloquer la situation, quelques semaines après qu’un ministre du gouvernement a déclaré aux Nations Unies que tout est sous contrôle dans le pays.

Un membre de CBA affirme que la compagnie observe la situation et peut reprendre ses activités à partir de la semaine prochaine.

HB News s’est entretenu avec un des hauts cadres du Terminal Varreux. Il demande l’anonymat pour se mettre à l’abri de répercussions politiques.

HB News : À quand la reprise des livraisons de carburants?

Haut cadre du terminal Varreux : L’accès à la plupart des tronçons de route de la capitale est désormais plus facile, mais au niveau du Terminal Varreux la situation n’a pas bougé. Les barricades se renforcent et empêchent du coup l’accès à l’entrée du Terminal. Le pouvoir en place et les bandes armées n’ont pas encore décidé de se parler pour trouver une issue à cette crise alors que la situation va de mal en pis dans le pays.

La pénurie d’eau potable bat son plein un peu partout, la plupart des hôpitaux ferment leurs portes ou réduisent leurs activités à cause de la rareté de carburant.

Rien n’est encore clair au moment où je vous parle.

Est-ce que le gouvernement avait l’habitude de négocier avec les gangs pour débloquer l’accès au Terminal?

Euh… je ne pense pas que l’État en a l’habitude.

Les hommes armés du G9 qui contrôlent la zone ont-ils l’habitude de prendre le terminal en otage? Viennent-ils s’approvisionner en carburant directement dans les locaux du Terminal?

Non. Les gangs armés ne font jamais de tentatives pour prendre en otage les locaux du Terminal. Ils opèrent à l’extérieur et même en cas de guerre entre gangs armés, le terminal n’est jamais leur cible. Je dois vous avouer aussi qu’ils ne viennent jamais chercher du carburant dans l’espace, même par la force. Mais, cela peut arriver qu’un camion-citerne rempli de carburant qui provient du Terminal soit détourné sur la route.

Le Terminal a-t-il la capacité de résister aux gangs en cas d’attaque?

On n’est pas la police. Le Terminal ne détient pas non plus de puissantes armes à feu pour faire face à un assaut des bandits. C’est vrai qu’on a plus d’une vingtaine d’agents de sécurité, mais ils ne peuvent rien en cas d’attaque.

Ce qui nous protège des bandits, ce sont les gens de la communauté. Varreux et Wineco S.A comptent à peu près 600 employés. La majorité d’entre eux sont de Cité Soleil et vu qu’il s’agit de leur travail, ils ne vont pas laisser les gens leur enlever leur pain quotidien.

Selon des informations qui circulent sur les réseaux sociaux, l’ambassade américaine serait la seule institution à avoir traversé les barricades des bandits pour aller s’approvisionner en carburant directement au Terminal. Est-ce vrai?

Cette information est fausse. Il n’y a pas d’accès. La route menant au terminal n’a pas que des barricades : les bandes armées ont aussi endommagé la voie publique en fouillant de grands canaux. Même les motocyclettes ne peuvent plus accéder à l’espace.

Le Terminal détient-il assez de carburant pour alimenter le marché en cas d’un retour à la normale?

Pour l’instant, le terminal détient environ 4 millions de gallons de diesel, 5 millions de gallons de gazoline et plus de 800 000 gallons de kérosène. Cette quantité n’est pas suffisante pour un retour à la normale, mais en cas d’une bonne distribution, le marché peut être alimenté pendant environ dix jours en attendant de nouvelles cargaisons.

À quand remonte la dernière cargaison de produits pétroliers commandée par Haïti?

Durant la première semaine du pays « lock », on avait reçu plusieurs bateaux-citernes au wharf de Varreux. En temps normal, le central reçoit en moyenne 3 à 4 fois de nouvelles cargaisons de carburant.

Le Terminal Varreux reste en dehors des questions politiques. Notre travail consiste à stocker et livrer le carburant dans le pays. C’est ce qu’on a besoin de faire. On en a vraiment marre lorsque le produit est disponible et qu’on a du mal à le livrer correctement pour les besoins de la population.

Widlore Mérancourt a participé à ce travail.



Related Articles

Responses

Your email address will not be published. Required fields are marked *