« Pool party » et gros risques d’infections en Haïti – HB News


Infections vaginales ou respiratoires, diarrhée, otites, éruptions cutanées, inflammation des yeux et des poumons… les piscines mal entretenues représentent un énorme danger sanitaire

Les « pool party » ont la côte pendant la période estivale et Francesca M. en profite pour se délaisser du stress de Port-au-Prince.

Le 2 février 2020, la dame s’est rendue dans une piscine avec ses amies. Elles y ont passé environ deux heures à se détendre.

« Après le bain, nous avons passé des heures à nous gratter la peau », déclare Francesca M.

Après la « pire expérience » de sa vie avec une piscine, Francesca M. et ses amies ont pris la décision de ne plus fréquenter le même endroit.

Infections vaginales ou respiratoires, diarrhée, otites, éruptions cutanées, inflammation des yeux et des poumons… les piscines mal entretenues représentent un énorme danger sanitaire.

Selon le docteur Chantal Junior Sauveur Datus, directeur médical de la maternité Isaïe Jeanty communément appelée hôpital Chancerelles, les infections peuvent se partager dans les piscines non nettoyées correctement.

Certaines personnes sont allergiques. Elles vont enregistrer une réaction négative, même lorsque la piscine est propre.

La piscine doit donc être nettoyée constamment avec du chlore et d’autres produits. Si l’espace n’est pas traité, il représente un danger pour les gens, particulièrement les femmes.

« Le vagin a un pH (potentiel hydrogène) qui le protège, poursuit le docteur Chantal Junior Sauveur Datus. Mais, si la personne est trop exposée aux microbes et à d’autres produits chimiques, son vagin sera en proie à toutes sortes d’infections dont la mycose vaginale, une infection gynécologique fréquente due au développement d’un champignon. »

L’excès de « clorox » pose aussi un problème.

En juillet dernier, Loody Jean s’est rendue dans une piscine à Tabarre pour un moment de détente avec des amis.

« La piscine avait trop de chlore et cela a irrité mes yeux, rapporte Jean. J’étais obligée de me rendre chez un médecin », raconte-t-elle.

D’après le dermatologue Jean Jacques Carré, même si le chlore est un agent de contrôle des microbes, il peut être un danger si l’on en abuse. « Le chlore est un irritant, déclare docteur Carré. Il peut dessécher la peau de la personne et même causer des inflammations. »

Uriner dans les piscines ou y pénétrer sans se nettoyer le corps constitue des comportements non recommandés. « Cela peut provoquer des problèmes gastro-entérite comme la diarrhée chez une personne qui ingurgite l’eau en nageant », signale le dermatologue qui fait remarquer que l’eau de la piscine doit être changée régulièrement pour éviter sa saturation en produits chimiques.

Harry Mentor est un professionnel qui construit et gère plusieurs piscines dans le pays. Il dit avoir commencé à pratiquer le métier depuis 2005.

Pour traiter les piscines, Harry Mentor utilise des produits comme la chlorine, de l’acide muriatique, algicide et clarifiant. « C’est un travail qui demande beaucoup de calculs, déclare Mentor. Il faut bien contrôler le dosage des produits qu’on met dans la piscine pour protéger la peau et les yeux des gens. Il y a des appareils pour ça. »

Au minimum, les piscines doivent avoir un filtre ainsi qu’une pompe pour faciliter le traitement de l’eau. « On met parfois du sel pour protéger l’eau, mais ce n’est pas efficace, analyse Mentor. Quand il pleut, l’eau va devenir bleue à cause des algues. »

Molière Adely

Molière Adely pratique le journalisme depuis 2018. Il a déjà collaboré avec plusieurs médias. Étudiant en sociologie à la Faculté d’Ethnologie de l’Université d’État d’Haïti (FE/UEH), Adely s’intéresse à la politique, la culture et aux sujets de société.



Related Articles

Responses

Your email address will not be published.