Pour comprendre l’assassinat de Jovenel Moïse, il faut revenir à Petit-Bois – HB News


Sept mois après l’assassinat du président d’Haïti, les véritables auteurs intellectuels restent inconnus. Mais un complot de “coup d’État” raté qui a précédé l’assassinat fournit de nouvelles informations sur les personnes impliquées – et sur ce que les gouvernements américain et haïtien savaient peut-être à l’avance

Cet article est publié en collaboration avec nos partenaires du Centre de recherche économique et politique (CEPR). La version originale est disponible ici.

Même pour beaucoup parmi ceux qui sont impliqués dans l’assassinat du président d’Haïti et la tentative de « coup d’État » des mois plus tôt, rien ne semble faire sens. Pendant ce temps, toute la saga est liée à un assassinat encore non résolu, vingt ans plus tôt. 

Nous ne connaîtrons peut-être jamais tous les responsables du meurtre de Jovenel Moïse, mais c’est un historique d’intervention étrangère et d’impunité qui a permis que cela se produise en premier lieu. 

Le « coup d’Etat » de Petit Bois

Le 7 février 2021, À 2 h 59, des policiers haïtiens ont fait une descente dans un complexe d’appartements connu sous le nom de résidences Petit Bois dans la zone de Tabarre, à Port-au-Prince. Les bâtiments, une série de maisons multicolores d’un étage, se trouvent à environ un kilomètre de l’ambassade des États-Unis.

Individus arrêtés à Petit Bois. Sur la chaise, avec des attaches en plastique, se trouve l’inspecteur de police Marie Louise Gauthier.

 

Au moment où le soleil s’est levé, des photos de plus d’une douzaine d’individus allongés ou assis sur le trottoir à l’intérieur de l’enceinte circulaient sur les réseaux sociaux. Les autorités avaient récupéré des effets personnels, notamment une pile de billets de banque haïtiens froissés, un préservatif, une poignée d’armes à feu et une machette rouillée dans la rue. Sur une photo, un homme aux cheveux poivre et sel ébouriffés, un T-shirt surdimensionné, un pantalon de pyjama, en chaussettes et en tongs défie la caméra du regard. Au total, dix-huit personnes ont été arrêtées, dont un juge en exercice à la Cour de Cassation, un inspecteur de police de haut niveau et un ancien ministre du gouvernement, tous accusés d’avoir organisé un coup d’État violent. 

“Il y a eu un attentat contre ma vie”, a déclaré le président Jovenel Moïse aux journalistes quelques heures plus tard lors d’une conférence de presse impromptue, depuis le tarmac de l’aéroport international Toussaint Louverture. Il a personnellement remercié le chef de l’Unité de sécurité présidentielle (USGPN), Dimitri Herard, pour avoir déjoué ce complot infâme. Moïse a déclaré que le Premier ministre fournirait plus de détails et est monté à bord d’un petit jet privé à destination de Jacmel, une ville côtière du Sud, pour l’ouverture de son carnaval annuel. A Jacmel, lui et la première dame ont marché dans les rues ne montrant aucune crainte apparente pour leur vie.

Deux individus interpellés à la résidence Petit Bois le 7 février 2021. À droite, l’agronome Louis Buteau.

Le Premier ministre a déclaré que certaines des personnes arrêtées “avaient contacté le responsable de la sécurité du palais national” et avaient prévu d’arrêter le président et de faire prêter serment à de nouveaux dirigeants pour superviser un gouvernement de transition. Il y avait apparemment un mandat d’arrêt signé par un juge local. Peu de temps après, le gouvernement a publié des enregistrements audio qui, selon lui, prouvaient la gravité de l’affaire. Il s’agissait de conversations entre Dimitri Hérard, l’homme que le président venait de remercier personnellement pour avoir arrêté le complot, et quelques individus différents discutant des plans pour arrêter le président. 

Objets saisis au complexe d’appartements Petit Bois lors de la rafle du 7 février 2021.

Dans l’un des enregistrements, une voix féminine dit à Herard :

– “Écoutez, j’ai reçu des instructions du Département d’État.”

– “Oui, ils m’ont contacté aussi”, répond Herard. 

L’officier présumé du Département d’État a été rapidement identifié comme étant Daniel Whitman, un membre retraité du service extérieur américain, qui avait brièvement servi en Haïti au début des années 2000. Whitman a nié toute implication dans le complot. En fait, j’apprendrais plus tard que quelqu’un en Haïti s’était fait passer pour Whitman.

Divers dirigeants politiques, journalistes et membres de la société civile ont déclaré avoir également été contactés par quelqu’un prétendant être Whitman. Le récit avait peu de sens. Qui s’était fait passer pour Whitman, et pourquoi ? Et, si ce que les autorités ont dit était vrai, il semblait que tout le complot reposait sur l’implication du chef de la sécurité du président, Hérard, que le président saluait en héros. Était-ce une ruse ? Un coup monté pour piéger les opposants au gouvernement ?

Article de Voice of America du 8 février 2021 incluant le déni d’implication de Whitman. La sécurité de l’État haïtien a publié une vidéo alléguant que Whitman était le chef de file du plan Petit Bois. L’article a depuis été supprimé du site Web de VOA.

Le 7 février n’était pas seulement le début du carnaval ; c’était aussi le jour où les constitutionnalistes haïtiens, les politiciens de l’opposition et les organisations de la société civile ont fait valoir que le mandat du président Moïse était officiellement terminé. Pour eux, le seul coup était que Moïse reste au pouvoir. Son investiture avait été retardée d’un an à cause d’un processus électoral contesté et, selon l’argument, le président avait perdu cette année-là de son mandat.

Les protestations appelant à sa démission et à la formation d’un gouvernement de transition se sont accumulées pendant des années. Les organisations politiques se réunissaient ouvertement depuis de nombreux mois pour débattre et discuter des plans pour un avenir politique post-Moïse. Moïse, cependant, avec le fort soutien de l’Organisation des États américains (OEA), des Nations Unies et du Département d’État américain, a fait valoir qu’il devrait rester en fonction pendant une autre année, jusqu’au 7 février 2022.

Copie d’un mandat d’arrêt apparent de février 2019 contre Jovenel Moise émis par le juge Jean Roger Noelciu, Le document a été fourni à CTU Security, la société basée en Floride qui a passé un contrat avec au moins certains des anciens soldats colombiens impliqués dans l’assassinat. Il s’agit du même mandat, dont l’authenticité n’a pas été confirmée, utilisé comme justification apparente dans l’effort du 7 février 2021 pour remplacer Moise.

Exactement cinq mois après les arrestations de Petit Bois, à l’aube du matin du 7 juillet, Jovenel Moïse a été assassiné, abattu d’au moins une dizaine de balles dans sa maison, dans les hauteurs de Port-au-Prince. Aucun des quelque deux douzaines d’agents de sécurité qui protégeaient ostensiblement le président n’a été blessé, ce qui soulève des questions sur leur implication dans un possible complot. Hérard, salué comme ayant contrecarré le complot de février, est maintenant en prison. Jusqu’à présent, plus de 40 suspects de l’assassinat ont été arrêtés, dont 18 membres retraités de l’armée colombienne et plus d’une douzaine de policiers haïtiens. Des mandats d’arrêt ont été délivrés contre de nombreuses autres personnes, dont un autre juge de la Cour suprême.

Lettre de Mario Beauvoir à l’ambassadrice américaine Michele Sison datée du 18 janvier 2021 concernant un mandat d’arrêt contre le président Jovenel Moise.

Peu de gens croient que l’enquête officielle, menée avec le soutien du FBI, d’Interpol et des gouvernements de toute la région, a identifié les véritables cerveaux de l’assassinat. Néanmoins, la police a désigné un pasteur haïtiano-américain, le Dr Christian Emmanuel Sanon, comme le meneur. Comme ceux arrêtés cinq mois plus tôt, Sanon aurait eu un plan pour arrêter le président et diriger un gouvernement de transition.

Dans une déclaration très inhabituelle, la Drug Enforcement Administration (DEA) a même reconnu qu’au moins une des personnes arrêtées en lien avec l’assassinat avait travaillé pour l’agence en tant qu’informateur confidentiel. 

La police a trouvé un mandat d’arrêt froissé dans une maison utilisée par certains des suspects; c’était le même mandat qui avait été utilisé à Petit Bois. Et, parallèlement aux événements de février, plusieurs suspects de l’assassinat ont affirmé que diverses agences américaines étaient au courant ou soutenaient directement leurs actions. Dans une déclaration très inhabituelle, la Drug Enforcement Administration (DEA) a même reconnu qu’au moins une des personnes arrêtées en lien avec l’assassinat avait travaillé pour l’agence en tant qu’informateur confidentiel. 

Il reste plus de questions que de réponses concernant la mort choquante du président. Mais, pour commencer à comprendre ce qui s’est passé à la résidence présidentielle cette nuit-là début juillet, il faut commencer cinq mois plus tôt, avec le raid de l’aube à la résidence du Petit Bois.

L’enquête qui suit, basée sur des dizaines d’entretiens, y compris avec Sanon et de nombreuses personnes arrêtées en février, ainsi que sur des enregistrements de communication et des dossiers d’enquête internes obtenus exclusivement, révèle de nouveaux détails sur la tentative de coup d’État de février et son lien avec l’assassinat du président.

C’est une histoire de tromperie, de machinations politiques de haut niveau, d’ingérence étrangère et de l’impact cumulatif de décennies d’impunité. Cela jette un nouvel éclairage sur les acteurs clés impliqués dans les coulisses des deux affaires, y compris les individus désormais recherchés en lien avec le meurtre du président. 

Pour la première fois, l’identité de l’individu se faisant passer pour l’ancien fonctionnaire du Département d’État Daniel Whitman, la personne soupçonnée d’être l’un des principaux instigateurs du complot de février, est révélée. Pris ensemble, les résultats soulèvent de nouvelles questions sur ce que les autorités, tant en Haïti qu’à l’étranger, savaient avant l’assassinat de juillet. Il y avait peu de secrets sur les réunions qui se déroulaient à Petit Bois, ou sur la volonté de Sanon de diriger un gouvernement de transition. 

Pourtant, l’un a conduit à des arrestations massives illégales et l’autre à l’assassinat brutal du président. Pourquoi? Et cela aurait-il pu être évité ?

Imposteur ou planificateur tout puissant ?

Christian Emmanuel Sanon, 63 ans, est un homme grand, costaud et sympathique. C’est un bavard. C’est un trait qu’il utilise depuis des décennies, en tant que pasteur en Floride et en tant qu’homme d’affaires aux États-Unis et en Haïti.

Mais cette loquacité n’a pas conduit à beaucoup de succès commercial. Les registres des entreprises de Floride montrent une multitude d’entreprises, la plupart maintenant inactives, enregistrées au nom de Sanon. En 2013, il dépose le bilan. Et il ne manque pas d’individus qui, au cours de nombreuses années, se sont sentis comme s’ils avaient été arnaqués par Sanon. Comme l’a dit une source qui le connaissait depuis des années, “c’est le genre de gars qui vous dit qu’il a beaucoup pour vous, mais, quand vous vous présentez, il s’avère qu’il cherche juste plus d’argent.” 

Capture d’écran d’une vidéo de 2011 de Christian Sanon intitulée “Dr. Christian Sanon on Corruption in Politics”. Les ambitions présidentielles de Sanon datent d’au moins 2010, après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé Haïti.

En octobre 2017, Sanon a créé une nouvelle société en Haïti, Vasco Gaz. Le même mois, il apparaît dans des documents de constitution d’une société du même nom basée à Tampa Bay. Bien qu’il n’ait aucune expérience réelle dans l’industrie, l’entreprise a rencontré un certain succès initial en Haïti. Quelques mois après sa création, le gouvernement haïtien avait attribué à Vasco plusieurs appels d’offres pour livrer du kérosène, du diesel et du gaz. D’autres acteurs de l’industrie étaient méfiants. Comment ce nouveau venu pourrait-il les sous-enchérir tous et réellement arriver à délivrer? 

Avis dans Le Moniteur concernant la création d’une nouvelle société, Vasco Gaz S.A., en date du 31 octobre 2017.

La réponse était que ce n’était pas possible. Vasco Gaz n’aurait jamais tenu ses promesses et, tout au long de 2018, Haïti a connu un certain nombre de pénuries de carburant, en partie à cause de cela. Finalement, l’agence gouvernementale responsable de l’importation de carburant a mis l’entreprise sur liste noire et s’est tournée vers d’autres fournisseurs. Une autre entreprise commerciale de Sanon avait échoué, mais le fait qu’il ait obtenu le contrat indique qu’il avait des relations influentes. Peu de temps après, Sanon s’est tourné vers son projet le plus ambitieux à ce jour : organiser une équipe pour diriger un gouvernement de transition en Haïti.

Enregistrement commercial en Floride de Vasco Gas LLC avec Christian Sanon répertorié comme directeur. De sunbiz.org.

Début 2019, Sanon a pris la parole lors d’un rassemblement dans le sud de la Floride, organisé par la Diaspora Caribbean Republican Coalition. L’événement a réuni un certain nombre de responsables républicains locaux, dont le vice-président du Parti républicain de l’État de Floride. Après l’événement, Sanon a rencontré une poignée de participants et a expliqué qu’il rassemblait un groupe d’individus et élaborait un plan pour diriger un gouvernement de transition en Haïti. Il a affirmé avoir des liens étroits avec l’administration Trump et avec le département d’État américain. 

Dépliant d’une réunion du 18 mars 2019 de la Coalition républicaine des Caraïbes de la diaspora avec Christian Sanon comme panéliste.

Le plan s’est accéléré dans les mois suivants. En juin, Sanon a affirmé avoir eu une réunion avec l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince. À l’époque, une source qui avait été en contact avec Sanon m’a envoyé un document de deux pages décrivant le plan de transition initial, qui comprenait la dissolution du Parlement, le transfert du pouvoir exécutif à la Cour suprême et la nomination d’un nouveau Premier ministre. Sanon a même affirmé avoir personnellement rencontré Donald Trump à Mar-a-Lago, bien qu’il n’y ait aucune preuve que cela ait réellement eu lieu. Il y avait peu de raisons de croire que l’administration Trump avait un quelconque intérêt à évincer Moïse, qui avait été un allié fiable dans les efforts américains pour renverser Nicolas Maduro au Venezuela, le principal programme de l’administration dans la région. Sanon n’a peut-être jamais rencontré Trump à Mar-a-Lago, mais début 2019, Moïse l’avait fait. 

Fin septembre 2019, j’ai reçu un appel de Sanon. Il a expliqué qu’il avait travaillé avec une équipe d’individus dans le but de mettre enfin Haïti sur la bonne voie. “En ce moment, le président a perdu la confiance du peuple”, a-t-il expliqué. Les protestations s’accumulaient depuis plus d’un an. “Le peuple écoutera une autre voix”, a-t-il poursuivi. 

Il a expliqué qu’en l’absence du président, la constitution prévoyait qu’un membre de la Cour suprême assume la présidence. Le groupe avec lequel il avait travaillé croyait initialement que cette juge était Wendelle Coq Thélot, mais, m’a-t-il dit, les États-Unis lui avaient dit non, apparemment en raison d’allégations de corruption. Alors maintenant, a-t-il ajouté, ils étaient en discussion avec d’autres juges pour trouver un remplaçant. 

“Nous formons un groupe et nous nous préparons en cas de soutien américain”, a-t-il déclaré. Et, ai-je demandé, quel genre de liens avait-il avec le gouvernement américain ? “Nous essayons d’établir des liens avec des personnes qui peuvent nous aider”, a-t-il vaguement expliqué, avant d’ajouter qu’il avait accès à des personnes du Département d’État et de la Maison Blanche. Sanon m’a assuré que Moïse serait prêt à démissionner. “Le président attend juste que quelqu’un lui dise de partir”, a-t-il déclaré.

Diapositive d’une présentation faite par la Police nationale d’Haïti affirmant que c’était la réunion où l’assassinat était prévu. La police a déclaré que la réunion avait eu lieu en République dominicaine. En fait, la réunion a eu lieu en Floride. L’image a en fait été tirée d’une vidéo YouTube publique. Christian Sanon est présent avec un certain nombre d’autres suspects présumés.

J’ai en grande partie minimisé ma brève conversation avec Sanon. Au fil des années à suivre les événements en Haïti, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup d’histoires et beaucoup d’individus avec des plans semblant fous et des revendications encore plus folles sur leurs relations avec les États-Unis. Après des décennies d’intervention politique et de subterfuges américains, la perception est que le soutien américain est politiquement déterministe. Si l’on veut obtenir un soutien pour son projet politique, quel qu’il soit, convaincre les autres que les États-Unis le soutiennent devient presque une nécessité.

En tout cas, il n’est pas surprenant que les gens, tant en Haïti que dans la diaspora, s’organisent autour d’éventuels plans de transition. Cela se passait au grand jour, et celui de Sanon semblait loin d’être le plus sérieux. Quelques mois plus tard, un large groupe d’organisations politiques et de groupes de la société civile s’est réuni à l’hôtel Marriott de Port-au-Prince pour discuter publiquement des plans d’un gouvernement de transition. La plupart semblaient honnêtement croire que l’administration Moïse tomberait à tout moment. Il était logique de planifier ce qui allait suivre. Cependant, des politiciens proches du gouvernement ont affirmé que les réunions de Marriott et d’autres discussions sur un gouvernement de transition étaient des « complot[s] contre la sécurité intérieure de l’État ». 

Le 10 juillet 2021, trois jours après l’assassinat de Moïse, j’ai reçu un message d’un ancien contact de Sanon, m’alertant que le pasteur avait été arrêté en Haïti. Le lendemain, le chef de la police haïtienne a tenu une conférence de presse et a annoncé au monde que Christian Emmanuel Sanon avait orchestré l’assassinat du président. Cela faisait près de deux ans que Sanon m’avait fait part de son intention de diriger un gouvernement de transition en Haïti. J’avais entendu des histoires sur ses entreprises commerciales ratées, ses escroqueries et d’autres complots apparemment farfelus. J’étais immédiatement sceptique quant au fait que Sanon aurait pu être le marionnettiste tirant les ficelles derrière un crime aussi médiatisé.

Je ne doutais guère que Sanon croyait vraiment, du moins au début, qu’il allait être Premier ministre, ou président, ou quoi que ce soit. Il me l’avait dit clairement deux ans plus tôt. Était-ce une autre arnaque qui a échappé à tout contrôle ? Ou était-il juste un bouc émissaire commode pour le plan macabre de quelqu’un d’autre ? Cela m’a rappelé Petit Bois et les arrestations faites cinq mois plus tôt. 

L’imposteur

Transcription d’un enregistrement audio entre Dimitri Herard, le chef du service de sécurité du président, et un individu anonyme. Dans un autre enregistrement, l’individu anonyme s’identifie comme étant Philippe MarcAndre, un pseudonyme. Civil fait référence à Jean Laguel Civil, le coordinateur de toutes les unités de sécurité présidentielles et le supérieur direct d’Hérard.

Le 6 février 2021, Dimitri Herard s’est entretenu par téléphone avec un homme s’identifiant comme Philippe MarcAndré, selon des enregistrements audio diffusés par le gouvernement après les arrestations à Petit Bois. Herard, le chef de la sécurité du président, a accepté d’envoyer cette nuit-là un contingent de troupes sous son commandement, au complexe d’appartements dans lequel on préparait le lendemain, lorsque le président Jovenel Moïse quitterait le palais et qu’un nouveau président serait assermenté. « Vous recevrez beaucoup d’argent”, a déclaré MarcAndré à Herard. 

Herard: Alors maintenant j’ai une autre question pour vous. Une fois que j’aurai envoyé les gars ce soir, vous me dites que l’installation aurait lieu à 10 heures demain matin. 

MarcAndré : Oui, 10. 

Hérard : Alors, une fois que j’ai fait ça, qu’en est-il du président Jovenel ? Vous m’avez parlé d’un mandat que vous aviez contre lui, pour que je puisse vous l’amener. 

MarcAndre : On vous enverra le mandat sur votre téléphone et ensuite vous viendrez avec lui sur la base. À partir de là, il est sous la responsabilité [des étrangers].

Hérard : D’accord mais quand m’enverrez-vous le mandat ? Parce que c’est l’aspect légal de l’affaire, alors n’oubliez pas que si je n’ai pas de mandat et que je fais certaines choses, je suis un terroriste. 

MarcAndre : Non ne vous inquiétez pas, le mandat est là. Gauthier l’obtient en ce moment, vous allez l’imprimer et l’original est chez le juge. Juge Noël. Nous vous enverrons un numéro. 

Hérard : Le juge Noël ?

Marc André : Oui. 

Hérard : D’accord, mais comprenez-moi Philippe, je commence à travailler pour vous tous ce soir. Mais à partir de ce soir, je n’ai rien qui me protège. C’est pourquoi le mandat est important pour moi. 

MarcAndré : D’accord, vous voulez que je l’envoie sur votre téléphone ? 

Hérard : Oui, s’il vous plaît. 

MarcAndré : D’accord, je vais l’envoyer maintenant avec l’avis de réception de l’ambassade américaine. 

Hérard : OK, envoyez-le-moi maintenant et j’agirai tout de suite. 

MarcAndré : D’accord, pas de problème. 

L’ancien président Michel Martelly serre la main de Dimitri Herard en Équateur en juillet 2012. Image tirée de la page facebook de Martelly.

Herard, qui a étudié dans une université militaire équatorienne d’élite et avait été formé au renseignement, était un co-conspirateur intéressant. Il avait développé une relation étroite avec l’ancien président Michel Martelly, qui avait choisi Jovenel Moïse comme son successeur. Et, sur la recommandation de Martelly, Herard avait été chef de l’Unité de sécurité générale du Palais national (USGPN) dans les années qui avaient suivi l’entrée en fonction de Moïse. 

S’il était impliqué, cela signifiait l’une des deux choses suivantes : soit le cercle restreint du président s’était retourné contre lui, soit il faisait du contre-espionnage. Le fait que le président l’ait publiquement remercié d’avoir déjoué le complot fait pencher pour la deuxième hypothèse. Mais, comme le montrent clairement les enregistrements, sans l’implication d’Herard, il n’y avait tout simplement aucun plan, ou, du moins, aucune capacité à en réaliser un.

Les personnes arrêtées avaient-elles été induites en erreur dès le début ? 

Le plan avait commencé au moins cinq mois plus tôt. Fin août, Marie-Antoinette Gauthier, médecin et ancienne directrice médicale de l’hôpital général d’Haïti, a reçu un appel d’une personne qu’elle ne connaissait pas, un homme s’identifiant comme étant Mark Philippe. Il voulait parler de l’avenir d’Haïti. Il prétendait avoir le soutien du gouvernement américain et voulait aider à mettre sur pied un gouvernement de transition. Les deux ont noué une sorte d’amitié et ont souvent parlé pendant une heure ou plus le soir. D’autres membres de la famille de Gauthier ont également commencé à parler avec Philippe, dont sa sœur, inspectrice de haut rang de la Police nationale d’Haïti. “Il est devenu presque un membre de la famille”, a déclaré Gauthier, en repensant des mois plus tard. 

Philippe a dit aux Gauthier qu’il travaillait avec Daniel Whitman, un ancien fonctionnaire du département d’État qui avait été attaché de presse à l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince de 2000 à 2001. 

Pourtant, Gauthier et son mari étaient sceptiques. Jusqu’à ce qu’ils parlent avec Carolle Tranchant et son mari, Lynn Garrison, un ancien pilote de l’Aviation canadienne, qui les ont convaincus du contraire. “Tout le monde pense qu’il est de la CIA”, m’a dit Louis Buteau, le mari de Gauthier. Au début des années 90, à la suite d’un coup d’État qui a renversé le premier président démocratiquement élu du pays, Jean-Bertrand Aristide, Garrison a été conseiller politique du chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir. Bien qu’il ait auparavant nié être de la CIA, il a affirmé avoir des liens avec les agences de renseignement américaines et parmi les politiciens américains. Garrison est crédité d’être une source pour l’allégation de la CIA au début des années 90 selon laquelle Aristide souffrait de maladie mentale.

Article du 2 novembre 1993 dans The Independent à propos de Lynn Garrison.

Article du 8 novembre 1993 dans TIME sur Lynn Garrison. Les articles de TIME et Independent sont arrivés quelques semaines seulement après que la CIA a informé le congrès du « profil psychologique » d’Aristide. À l’époque, l’administration Clinton envisageait d’intervenir militairement pour rétablir Aristide au pouvoir, un effort catégoriquement opposé par Garrison, ainsi qu’un certain nombre de sénateurs, dont Jesse Helms (R-NC). “Tout ce que le Sénat américain sait … vient de moi”, a déclaré Garrison au journaliste. Après le briefing de la CIA, Helms a déclaré à la presse qu’Aristide était un “tueur démontrable” et un “psychopathe”.

Croyant que ce plan pourrait en fait être légitime, les Gauthier ont continué à parler avec Philippe. Il a expliqué qu’ils avaient besoin d’un logement en Haïti pour le plan, un endroit où ils pourraient tenir des réunions en toute confidentialité. Gauthier a contacté un vieil ami, Jean Marie Vorbe, dont la société, Sogener, avait été saisie par le gouvernement l’année précédente. Vorbe, comme de nombreux membres des familles d’élite du pays, avait soutenu financièrement la campagne présidentielle de Moïse, mais en 2020, avec la disparition de son entreprise et sa famille sous la menace de nouveaux problèmes juridiques, cette relation avait été complètement rompue. Vorbe possédait les Résidences Petit Bois.

Partie d’un contrat de location pour les appartements Petit Bois au nom d’un Daniel Whitman domicilié en Argentine.

Chantal Saintime signe le contrat de bail en qualité de “représentante” de Daniel Whitman. 26 septembre 2020.

Le 26 septembre 2020, Chantal Saintime, qui s’est présentée comme représentante de Daniel Whitman, a signé un bail pour l’utilisation de 25 logements. Saintime a accepté de payer un acompte de 10 000 $, bien que l’argent ne soit pas venu tout de suite. Pourtant, confiant que sa vieille amie finirait par récupérer l’argent, Vorbe a accepté de laisser le groupe entrer dans les appartements du Petit Bois. Le premier groupe a emménagé peu de temps après, début octobre.

J’ai commencé à entendre des chuchotements du nom de Whitman environ six semaines plus tard, à la mi-novembre. Une source m’a envoyé une capture d’écran d’un message qu’ils avaient reçu sur WhatsApp.

Message WhatsApp d’un individu prétendant être Daniel Whitman et se présentant comme un conseiller actuel de la Maison Blanche. L’individu a inclus une photo d’un badge d’identification de l’Université George Washington appartenant à Whitman.

« Bonsoir, comment allez-vous? Diplomate Daniel Whitman ex-porte-parole de l’ambassade américaine en Haïti, ex-directeur adjoint du Département d’État américain, actuel conseiller à la Maison Blanche », lit-on dans le message en français. La personne a déclaré avoir loué un appartement à Tabarre, juste à côté de l’ambassade des États-Unis, où se trouvait un groupe travaillant “pour le développement harmonieux d’un nouveau système de gouvernance”. Ils ont exhorté ma source à contacter un ancien responsable judiciaire haïtien, Mario Beauvoir, pour discuter de toute urgence de la question. 

Le mois suivant, j’ai reçu un autre message à propos de Whitman d’une source différente. Il semblait que le mot se répandait. Il travaillait pour le Département d’État, ou peut-être était-ce le Conseil de sécurité nationale ; non, c’était la Maison Blanche, disaient d’autres. Le président élu Joe Biden avait-il envoyé un émissaire pour évaluer les « options » en Haïti ? Rien ne semblait avoir de sens. La personne qui m’avait d’abord parlé de Whitman était sceptique. À sa connaissance, personne n’avait jamais rencontré l’ancien diplomate en personne. En fait, elle avait même averti l’un de ceux qui seraient en contact avec Whitman d’être prudent. 

Comme il en avait discuté avec celui qui se fait appeler Philippe MarcAndré, Dimitri Herard et l’USGPN sont arrivés aux appartements du Petit Bois dans la soirée du 6 février 2021. Mais, ils n’étaient pas là pour aider à arrêter le président ; ils sont allés à Petit Bois pour arrêter tous ceux qui y séjournaient. Lorsque les photos des personnes arrêtées ont commencé à circuler, les pièces ont commencé à s’assembler. Les personnes dont on m’avait dit qu’elles rencontraient Whitman avaient toutes été arrêtées, y compris Marie-Antoinette Gauthier; sa sœur, l’inspecteur de police ; un juge de la Cour suprême; et Chantal Saintime. La seule personne qui n’a pas été arrêtée était Mario Beauvoir, qui avait apparemment quitté le complexe d’appartements plus tôt dans la journée et – au moment d’écrire ces lignes – n’a pas été vu ni entendu en public depuis.

Il était temps de trouver le vrai Whitman. 

Ce n’était pas difficile. J’ai envoyé un e-mail à son adresse e-mail publique de l’American University, et il a répondu sept minutes plus tard. Alors que Whitman était indigné par la situation générale en Haïti, il a catégoriquement nié même connaître les noms de ceux qui avaient été arrêtés ce matin-là. Il avait quitté Haïti après son affectation en 2001 et n’était jamais revenu, a-t-il dit, bien qu’il soit resté en contact avec quelques amis et ait suivi la situation depuis Washington. 

Une semaine plus tard, nous nous sommes rencontrés au Bishop’s Garden à l’ombre de la cathédrale nationale de Washington. Whitman, 75 ans avec des cheveux blancs clairsemés, s’est présenté vêtu d’un trench-coat. “Cela fait une meilleure ouverture de film qu’un parking à Arlington”, a-t-il déclaré avec un sourire ironique qui semblait rarement quitter son visage. C’était une référence à “Deep Throat”, la source anonyme qui a dirigé la couverture du Watergate du Washington Post. Malgré son attitude théatrale, il n’était pas, et n’essayait pas d’être Deep Throat. Mais nous nous rencontrions en personne parce que j’avais l’intuition que je connaissais qui se faisait passer pour lui, et il semblait que le nom de Whitman n’avait pas simplement été tiré de nulle part. 

D’un assassinat à l’autre

Début octobre 2020, Whitman a reçu un appel téléphonique de quelqu’un qu’il n’avait pas vu depuis près de 20 ans, un homme du nom de Philippe Markington. Ils s’étaient rencontrés pour la dernière fois au lendemain de l’assassinat en avril 2000 du journaliste le plus en vue d’Haïti, Jean Léopold Dominique, alors que Whitman était encore à l’ambassade des États-Unis en Haïti. À l’époque, Markington s’est présenté à la police comme témoin du meurtre. Il est rapidement devenu un suspect. Whitman, qui avait été invité à l’émission de radio de Dominique dans les mois précédant l’assassinat, a rencontré Markington au bureau de son ambassade. Ce n’était pas leur première rencontre. Markington, se présentant comme un infiltré au sein du gouvernement, est venu fréquemment au bureau avec des histoires de «cibles» et d’autres preuves supposées de méfaits du gouvernement. 

On ne sait pas pourquoi Markington a été autorisé à quitter la prison pour rencontrer Whitman. Dans un livre que Whitman a écrit après avoir quitté Haïti, il se souvient que Markington avait des blessures visibles qu’il supposait venir de tortures. Markington a déclaré qu’il subissait des pressions pour blâmer Whitman et la CIA pour l’assassinat. Ils se sont rencontrés deux ou trois fois sur une courte période, écrit Whitman, toujours avec l’approbation de ses supérieurs.

Markington n’a sûrement jamais oublié les rencontres. 

L’assassinat de Dominique était une affaire politiquement chargée et très médiatisée, le sujet d’un documentaire primé en 2003 de Jonathan Demme, réalisateur de “Le silence des agneaux”. Elle intervient à la fin du premier mandat du président René Préval, au printemps 2000, et marque à bien des égards un tournant dans sa relation avec son mentor politique et prédécesseur, Jean-Bertrand Aristide. L’assassinat a été rapidement lié à des alliés apparents d’Aristide, qui se préparait à se présenter aux prochaines élections pour un second mandat. En particulier un puissant sénateur et ancien officier militaire, Dany Toussaint. Pour sa part, Toussaint a pointé du doigt Whitman et a remis en question la relation du diplomate avec Markington. Pourquoi quelqu’un à l’ambassade des États-Unis rencontrait-il un suspect ? a demandé publiquement Toussaint. Whitman dit que la police haïtienne avait même un dossier sur lui en tant que suspect dans l’affaire. Les assassins auraient conduit une Jeep blanche, un véhicule similaire à celui utilisé par Whitman.

Toussaint, qui a reçu une formation de la CIA, avait cependant commencé à prendre ses distances avec Aristide et son parti Lavalas bien avant l’assassinat, et il a joué un rôle actif avec les États-Unis, d’autres anciens soldats et l’élite haïtienne, pour saper le gouvernement. Ces efforts, attisés par les allégations autour de l’assassinat de Dominique, ont réussi en 2004, lorsqu’Aristide a été renversé par un coup d’État. Bien que beaucoup aient accusé le gouvernement Aristide d’avoir bloqué l’enquête Dominique, l’affaire n’a abouti à rien, même après son éviction. “[Cela] soulève évidemment le spectre que tout cela était une mascarade depuis le début”, a déclaré plus tard Brian Concannon, qui a enquêté sur l’affaire à l’époque avec le Bureau des Avocats Internationaux. Vingt ans après la mort de Dominique, les cerveaux de ce meurtre n’ont jamais été identifiés ; un avertissement à ceux qui espèrent des résultats rapides après l’assassinat de Moïse. 

Quant à Markington, il a été inculpé en 2003. Il a passé moins de deux ans en prison avant de parvenir à s’évader avec deux autres co-accusés. Alors qu’ils ont tous deux été repris, Markington a réussi à fuir le pays et s’est finalement installé en Argentine, où il a vécu en retrait pendant plus d’une décennie. Cela a changé sous la présidence de Michel Martelly. Un nouveau juge, Yvickel Dabrésil – le même juge qui sera arrêté le 7 février 2021 – a rouvert l’enquête et émis une série de nouveaux actes d’accusation, visant un certain nombre d’anciens responsables perçus comme proches d’Aristide, dont Markington. En juin 2014, Markington a été rapatrié d’Argentine en Haïti. Depuis, il est dans une prison de la capitale. 

Était-ce l’homme se faisant passer pour Whitman ? 

J’ai contacté quelqu’un qui avait travaillé sur l’affaire Dominique des années avant. « Quand [Markington] est venu à mon bureau pour me donner des infos, j’avais deux choix : le croire ou l’arrêter », se souvient Jean-Sénat Fleury, ancien juge et procureur. “Je l’ai arrêté.”

De toute évidence, Fleury ne croyait pas aux informations fournies par Markington. “Je sais avec certitude qu’il travaillait pour la police haïtienne en tant qu’informateur [au moment de l’assassinat]”, a-t-il déclaré. Il se passait toujours quelque chose de plus, soupçonnait-il. Fleury a déclaré qu’il s’était longtemps demandé comment Markington avait réussi à se rendre en Argentine en premier lieu. Il a précédemment suggéré que c’était la CIA. “Markington est quelqu’un de très bien connecté”, m’a-t-il dit. J’ai demandé si Fleury pensait que cela aurait pu être Markington se faisant passer pour Whitman. Il n’en savait rien. Mais, a-t-il ajouté, Markington était un bavard. «Avec son discours, il peut vous conduire n’importe où. Si quelque chose est blanc, il vous dira que c’est noir – et vous le croirez. » 

Lorsque Markington a appelé Whitman à l’automne 2020, il a déclaré que lui et d’autres en Haïti prévoyaient un gouvernement de transition et qu’il souhaitait que Whitman vienne en Haïti pour l’inauguration au début de 2021. Il a déclaré qu’ils avaient loué une maison près de l’ambassade des États-Unis et y invita Whitman. Whitman m’a dit qu’il avait refusé et a laissé le problème derrière lui. Pourtant, Markington avait continué à appeler, presque toujours à partir d’un numéro différent. 

Après les arrestations du 7 février, le journaliste Roudy Metellus a pris les ondes de son émission de radio pour expliquer qu’il avait été contacté par quelqu’un prétendant être Whitman. La personne l’avait contacté en utilisant un numéro avec un indicatif régional 786 – Sud de la Floride. Mais, a-t-il dit, lorsqu’il a demandé à un ami de prendre contact avec le numéro, la personne à l’autre bout du fil ne parlait même pas anglais. Le vrai Whitman n’a peut-être rien à voir avec l’intrigue, mais il détenait la clé pour trouver l’imitateur. Philippe Markington lui avait laissé un message vocal en utilisant ce même numéro de téléphone 786. Il semble que Markington, toujours dans une cellule de prison du pénitencier national, avait été celui qui se faisait passer pour Whitman. Et, il semble probable qu’il s’agissait également de Philippe MarcAndré, la personne à l’autre bout du fil avec le chef de la sécurité du président, Dimitri Herard. 

Dans une autre conversation le 6 février, Herard s’entretient avec l’homme s’identifiant comme MarcAndré, qui explique que l’ambassade des États-Unis avait approuvé l’arrestation du président Moïse. Herard insiste, demandant qui a spécifiquement approuvé cela, mais MarcAndré hésite et raccroche rapidement le téléphone. Herard a continué à enregistrer. 

« Il a dû éteindre le téléphone. Il est en Haïti ! », dit Hérard. 

« Il est en Haïti ! » pouvait-on entendre en arrière-plan, avant que tout le monde ne commence à rire. 

Enquêter sur Petit Bois

Alors que j’enquêtais sur Markington et l’affaire Petit Bois, j’ai parlé à un homme politique haïtien qui avait reçu en février 2020 un message d’un “Peter White” prétendant travailler pour Dan Whitman. Pressé de décliner son identité, “Peter” a dit que son nom était en fait Paul Philippe, et a envoyé une photo. C’était une photo de Philippe Markington. En mai 2020, l’homme politique a reçu un e-mail prétendant provenir de Whitman, qui se présentait comme un conseiller privé de Donald Trump. Le mois suivant, un autre e-mail est arrivé, celui-ci parlant explicitement de plans pour un gouvernement de transition. Le politicien haïtien n’a pas cru à l’histoire et a arrêté toute communication. Bien avant que Markington ait établi un lien avec les personnes arrêtées à Petit Bois, il avait pêché parmi la classe politique haïtienne, espérant que quelqu’un mordrait à l’hameçon. On ne sait pas si Markington croyait vraiment en ce qu’il disait, ou si tout cela était une ruse depuis le début. Mais, à l’automne 2020, un véritable plan avait commencé à prendre forme. 

La première personne à s’installer dans les appartements du Petit Bois fut Mario Beauvoir, l’ancien huissier de justice ; il y élit domicile début octobre. Whitman, cependant, n’est jamais apparu. Ni l’argent qu’il était censé fournir. Mais, depuis sa cellule de prison, Markington semblait avoir un plan. Dans une vidéo qu’il a envoyée à un contact début octobre, une femme parlant espagnol, apparemment au Mexique, peut être vue en train de compter des piles de billets de 100 dollars, soit 15 000 dollars au total. “C’est pour Philippe Markington”, dit la femme en espagnol. Le 7 octobre, selon une confirmation de transfert d’argent obtenue dans le cadre de cette enquête, 30 000 $ ont été transférés d’une banque de Veracruz, au Mexique, vers Haïti. Le transfert a été effectué à un homme du nom de Jean Joseph Ferert Douyon, dont les profils Facebook et LinkedIn l’identifient comme le PDG d’une petite entreprise de construction. (Douyon n’a pas répondu à plusieurs appels et messages demandant des commentaires.) 

Douyon a reçu l’argent puis, selon les relevés bancaires, a transféré près de 10 000 $ en acompte partiel (et très tardif) sur les appartements Petit Bois. Selon des sources consultées pour cette enquête, c’était le seul argent jamais payé pour les maisons. On ne sait pas ce qui est arrivé aux 20 000 $ restants. 

Selon certaines des personnes impliquées, le plan initial impliquait Wendelle Coq Thélot, juge à la Cour suprême et qui est la même personne que Sanon m’avait mentionnée en 2019, en tant que présidente provisoire. Elle avait même un discours et, avec Beauvoir, avait rédigé un document décrivant les contours de la transition envisagée. Peu de temps après, cependant, Coq Thélot a apparemment eu un appel vidéo avec quelqu’un qu’elle croyait devoir être Daniel Whitman. Ce n’était pas le cas et la juge a semblé effrayée. Après avoir été en contact régulier avec Markington pendant plus d’un mois, elle s’est retirée début novembre. Beauvoir a ensuite approché le juge Dabresil, qui a emménagé lui-même dans les appartements Petit Bois avec plusieurs membres de sa famille.

Début novembre, Markington, dont la véritable identité était apparemment encore inconnue d’au moins la plupart des personnes impliquées, a envoyé un plan en 10 points pour une transition. Il comprenait l’amnistie pour les fonctionnaires de l’administration Moïse et réservait également au moins trois ministères à diriger par le Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) – le parti du président Moïse et de son prédécesseur, Michel Martelly. À Petit Bois, certains pensaient que le gouvernement était activement engagé dans des négociations pour sa propre sortie pacifique du pouvoir. 

Markington, prétendant être l’émissaire de Whitman et utilisant toujours un pseudonyme, a commencé à dire à ses contacts qu’il était en relation avec les responsables de la sécurité du président. Le 15 novembre, selon les archives, le téléphone portable haïtien enregistré au nom de Markington a reçu un appel de Jean Laguel Civil, le coordonateur de la sécurité du président. Le lendemain, les enregistrements montrent un appel de cinq minutes entre Markington et un téléphone enregistré au nom de Dimitri Herard. Vers la même époque, les réunions au complexe du Petit Bois se multiplient ; des personnalités plus importantes ont commencé à apparaître, y compris des membres de la police haïtienne. 

Pendant ce temps, le gouvernement mettait en œuvre un important remaniement du personnel. Le 16 novembre, Moïse a nommé un nouveau chef de la police, Leon Charles, qui servait à Washington en tant qu’ambassadeur du pays auprès de l’OEA. Pendant son séjour, il avait aidé à assurer un soutien diplomatique continu à Moïse, même après que ce dernier ait commencé à gouverner par décret l’année précédente. Les changements reflétaient l’influence croissante au sein du gouvernement de Laurent Lamothe, l’ancien Premier ministre de Martelly. Charles a effectué plusieurs visites au complexe Petit Bois peu de temps après avoir pris le poste. L’administration Moïse, cependant, avait déjà les yeux rivés sur Petit Bois.

Fin novembre, face à des protestations continues et généralisées, Moise a publié un décret présidentiel élargissant la définition du terrorisme pour inclure les méthodes courantes de désobéissance civile et créer une nouvelle agence de renseignement qui répondrait directement au pouvoir exécutif. Selon plusieurs sources, le moteur de cette nouvelle agence était, encore une fois, Lamothe. Lorsqu’il était Premier ministre, il avait désespérément voulu créer une nouvelle agence de renseignement. Il avait même créé un organe informel au sein de la police, mais répondant principalement au bureau du Premier ministre, qui fonctionnait comme une agence de renseignement. L’homme qu’il avait chargé de diriger l’effort était Leon Charles. Maintenant, des années plus tard, avec l’officialisation de l’Agence Nationale d’Intelligence (ANI) et Charles en tant que chef de la police, il semblait que Lamothe avait enfin ce qu’il cherchait. Un complot contre le président en fournissait parfaitement la justification. 

A peu près à la même époque, Rony Colin, homme d’affaires et ancien maire de la commune de la Croix-des- Bouquets, est venu aux appartements du Petit Bois pour une réunion. Selon une source qui était là, Colin leur a dit que l’administration Moïse était au courant du plan et n’allait pas l’accepter. (Colin n’a pas répondu à une demande de commentaire pour cet article.) L’ambassade des États-Unis était également au courant de ce qui se passait. Début décembre, un responsable du gouvernement haïtien qui avait été approché par Mario Beauvoir a déclaré qu’il avait alerté l’ambassade qu’il y avait un groupe réclamant le soutien des États-Unis pour l’arrestation de Moïse. Mais le plan Petit Bois est allé de l’avant sans se laisser décourager. L’ambassade et le département d’État n’ont répondu à aucune question spécifique concernant Petit Bois ou l’assassinat. 

Alors que le calendrier tournait vers 2021, la situation politique et sécuritaire sur le terrain en Haïti atteignait un point de rupture. Des groupes de civils armés, opérant dans le cadre d’une alliance appelée le “G9” et dirigés par un ancien policier haïtien, Jimmy Cherizier, avaient pris le contrôle de vastes étendues de la capitale. Les enlèvements montaient en flèche. Au cours des deux années précédentes, les organisations de défense des droits de l’homme avaient documenté plus d’une demi-douzaine de massacres, entraînant des centaines de morts. Et, ont-elels allégué, le G9 recevait le soutien des hauts responsables gouvernementaux. Les États-Unis ont sanctionné Cherizier, ainsi que deux ministres de l’administration de Moïse, pour leur implication présumée dans les décès. L’économie craquait. Des années de protestations et un programme dirigé par l’opposition, le Peyi Lok – verrouillage du pays – avaient effectivement fermé la plupart des commerces. En plus de tout cela, la Police nationale d’Haïti s’effondrait en raison de sa politisation croissante. Un groupe de policiers mécontents avait commencé à descendre eux-mêmes dans la rue pour protester, marchant souvent aux côtés de civils armés. De nombreux officiers, dont Herard, avaient commencé des activités parallèles lucratives de sécurité privée.

En janvier, le président a lancé un avertissement direct, non pas aux parties responsables des massacres, mais à ses opposants politiques qui, selon lui, étaient à l’origine de chaque manifestation. La nouvelle agence de renseignement avait fait l’objet d’intenses critiques, mais un Moïse provocateur a affirmé qu’elle était déjà opérationnelle. « Nous avons déjà commencé à surveiller beaucoup de choses dans le pays », a-t-il déclaré à la presse le 19 janvier. Il a déclaré que le gouvernement avait créé la nouvelle agence de renseignement afin de surveiller les « vagabonds » dans le pays. “Quand quelqu’un utilise son argent pour déstabiliser le pays, c’est du terrorisme”, a déclaré le président. “Nous vous surveillons, nous viendrons vous chercher”, a-t-il menacé.

Les personnes impliquées dans Petit Bois, cependant, semblaient croire que leur plan avait un soutien officiel. Selon le témoignage de certaines des personnes arrêtées, la police haïtienne a effectivement assuré la sécurité du complexe d’appartements pendant près d’un mois avant le 7 février. Et fin décembre, le groupe a été approché par Edouard Ambroise, qui s’est présenté comme un conseiller du président. Il n’y a aucune preuve qu’il l’était. En effet, avant de rejoindre ceux de Petit Bois, il s’était engagé activement auprès de Sanon pendant des mois. Sanon espérait lui aussi remplacer le président le 7 février, mais, dans les derniers mois, ses propres efforts ont été mis de côté en faveur du plan Petit Bois. Ambroise trempait dans les deux plans. 

Le 5 février, Dimitri Herard a enregistré une conversation avec l’inspectrice de police impliquée dans Petit Bois :

Inspectrice Gauthier : Allô ? 

Hérard : Désolé, inspectrice, il y avait des gens avec moi donc je n’ai pas pu répondre. 

IG : Oh d’accord, je pensais que ça pourrait être le cas. Ecoutez j’avais besoin de vous. Connaissez-vous un certain Edouard Ambroise ? On m’a dit que c’était un ami de [Civil].

Hérard : D’accord, un ami du commandant civil. 

IG : Oui, on m’a dit qu’il avait déjà une carte d’accès au palais. On m’a dit que c’est lui qui fera le lien entre vous et moi. 

L’implication d’Ambroise laisse entrevoir le chevauchement entre les deux plans parallèles pour remplacer Moïse. Il a été l’une des premières personnes à qui Markington, l’homme se faisant passer pour l’officier du département d’État depuis sa cellule de prison, a parlé après les arrestations à Petit Bois. Cinq mois plus tard, il était en contact avec des suspects clés au lendemain de l’assassinat du président. Ambroise, cependant, n’était pas le seul acteur lié à l’assassinat et aux personnes arrêtées à Petit Bois.

Le lien manquant

Au total, 18 personnes ont été arrêtées le 7 février 2021. Il y avait le juge Dabrésil, ainsi que trois de ses cousins, son chauffeur et deux de ses agents de sécurité ; il y avait les sœurs Gauthier, et le mari de Marie-Antoinette, l’agronome Louis Buteau ; deux salariés du complexe Petit Bois ; deux politiciens de moindre envergure de l’opposition; deux membres de la police haïtienne, tous deux travaillant pour la division pénitentiaire ; Chantal Saintime, qui avait signé le contrat de bail ; et, enfin, sa fille de 21 ans, Hija Djenicka Philippe, qu’elle avait eue avec Philippe Markington. La police a saisi sept armes à feu, dont la plupart appartenaient apparemment aux policiers et agents de sécurité qui y séjournaient.

Toute l’affaire Petit Bois a été interprétée par les partisans de Moïse comme une tentative de putsch sanglante qui a prouvé que les opposants au président étaient déterminés à le renverser, voire à le tuer, et, d’autre part, comme un montage sordide, un complot pour piéger des opposants politiques qui montrait à quel point le président s’accrochait. Un mème a commencé à circuler sur les réseaux sociaux avec des personnes publiant des articles ménagers réguliers avec la légende : “coup d’État”. « On ne mène pas un coup d’État avec quatre vieux fusils », a déclaré un chef de l’opposition. 

Les personnes arrêtées étaient accusées de participer à un « complot contre la sûreté de l’État », un terme juridique qui n’avait vraiment jamais été appliqué que par la dictature de Duvalier. Et, pour beaucoup en Haïti, c’est à cela que les choses commençaient à ressembler. Moïse gouvernait par décret depuis plus d’un an, les mandats parlementaires ayant expiré en janvier 2020. Après le 7 février, il a limogé et remplacé trois juges de la Cour suprême – Coq Thélot, Dabresil, et un troisième juge, Joseph Mécène Jean-Louis, que certains dans l’opposition avaient reconnu comme président. Moïse avait consolidé le pouvoir au sein de l’exécutif, créé une nouvelle agence de renseignement et parlait ouvertement de réformer la Constitution par le biais d’un référendum national. La dernière fois que cela s’était produit, c’était, encore une fois, sous Duvalier, lorsqu’il s’était déclaré président à vie. Beaucoup s’attendaient à ce que le gouvernement utilise l’affaire Petit Bois comme base d’une répression généralisée contre les opposants politiques.

Mais l’enquête sur Petit Bois n’a abouti à rien. Le juge Dabresil a été libéré de prison en quelques jours, son arrestation étant jugée illégale. Fin mars, 16 des 17 autres ont également été libérés. Il était tout à fait clair qu’aucun d’entre eux ne dirigeait quelque chose. Ils avaient été dupés, convaincus par un beau parleur prétendant avoir le soutien du gouvernement des États-Unis. Même les hauts responsables de la sécurité du président étaient impliqués, leur avait-on fait croire.  Aucun des individus arrêtés ne planifiait un coup d’État sanglant. Aucune force militaire n’était prête à prendre d’assaut le palais et à prendre le pouvoir. Cependant, ils semblaient vraiment croire qu’un transfert pacifique du pouvoir était non seulement possible mais nécessaire pour l’avenir d’Haïti. Bien sûr, ils se sont trompés et ils ont fini par tomber. Mais la question demeurait : qui tirait les ficelles derrière tout cela ?

Si Whitman était le meneur, et Whitman était en fait Markington, tout cela a-t-il été organisé à partir d’une cellule de prison dans la capitale haïtienne ? Et si c’est le cas, cela n’aurait certainement pas pu être fait seul. Markington a la réputation d’être un bavard, mais il est difficile d’imaginer qu’il ait imaginé toute cette intrigue tout seul. Il avait passé des mois au téléphone depuis la prison en utilisant plusieurs numéros. Au moins, quelqu’un a dû payer pour toutes ces minutes de téléphone portable.

Au lieu que la police judiciaire prenne la tête de l’enquête, Moïse a confié la tâche à ses propres forces de sécurité, principalement à Dimitri Herard et Jean Laguel Civil, qui avaient tous deux été activement engagés auprès des personnes arrêtées – et avec Markington – depuis au moins novembre 2020. Si le plan Petit Bois a jamais représenté une menace réelle pour le président, ce n’aurait été que parce qu’Hérard et Civil en faisaient partie.

Cinq mois jour pour jour après que Moïse a félicité ses chefs de la sécurité pour avoir perturbé ce complot de coup d’État, il a été assassiné, abattu de 12 balles dans sa chambre. Herard et Civil sont maintenant en prison, accusés, au moins, de négligence ayant permis l’assassinat du président. Selon l’enquête préliminaire menée par la police haïtienne, Civil aurait eu en sa possession au moins 80 000 dollars à distribuer à la sécurité du palais le jour de l’attaque, tandis que Herard a fourni des armes, des munitions et d’autres fournitures aux mercenaires colombiens accusés d’avoir perpétré l’assassinat. Tous deux ont nié les allégations.

Après l’assassinat, il était impossible de ne pas repenser à Petit Bois. Que s’était-il réellement passé ? Herard et Civil voulaient-ils vraiment se retourner contre le président? Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ? Qui était derrière Markington ? Je me suis souvenu de quelque chose qu’une source m’avait dit quelques jours seulement après les arrestations de Petit Bois. Elle m’avait dit qu’il n’y avait pas qu’un seul plan. Non, a-t-elle expliqué, il y avait aussi un plan qui s’organisait à Delmas 60, et même un autre qui sortait de la République dominicaine. “Tous sont manipulés par les mêmes personnes”, avait déclaré la source. 

Christian Sanon avait été arrêté dans un domicile de Delmas 60 deux jours après l’assassinat. Il n’avait pas fui. Il n’est pas entré dans la clandestinité. C’était bouc émissaire, tout comme ceux arrêtés à Petit Bois. Sanon avait-il été manipulé par les mêmes personnes ?

Diapositive de la présentation de la Police nationale d’Haïti montrant une affiche recherchée pour Joseph Felix Badio.

Une semaine après l’assassinat, la police haïtienne a émis un mandat d’arrêt contre Joseph Felix Badio, un fonctionnaire de niveau intermédiaire de longue date au ministère de la Justice qui travaillait plus récemment pour l’unité anti-corruption du pays, l’ULCC. Badio, un homme grand et élancé avec une légère moustache, est considéré comme un personnage clé de l’intrigue. La police colombienne a rapporté que c’était Badio (et non Sanon) qui avait changé la mission et ordonné aux mercenaires colombiens d’éliminer le président plutôt que de tenter de l’arrêter. Certaines des personnes détenues auraient déclaré aux enquêteurs que c’était Badio qui, le soir de l’assassinat, avait annoncé que l’opération était lancée. Il avait même loué un appartement près de la maison du président et le surveillait depuis de longs mois. La police haïtienne a déclaré que Badio avait été licencié de son poste à l’ULCC en mai, mais n’a fourni aucune raison précise. 

Son licenciement pourrait-il apporter des réponses? Quelques semaines plus tard, un journaliste m’a envoyé une lettre de l’ULCC qui expliquait pourquoi Badio avait été congédié. Selon ce document, dont l’authenticité a été confirmée par le responsable de l’ULCC, il résulterait d’une accusation selon laquelle Badio aurait sollicité un pot-de-vin de 30 000 $ auprès d’un détenu avec promesse de le faire sortir de prison.

Selon ce document, le détenu était “Mackenton Philippe”, une orthographe différente de Markington, l’homme se faisant passer pour Whitman depuis sa cellule de prison, l’homme qui avait facilité un transfert d’argent de 30 000 $ depuis le Mexique. Selon des sources consultées dans le cadre de cette enquête, Badio est un contact proche de John Joseph Ferert Douyon, l’individu qui a reçu le transfert de 30 000 $ du Mexique.

Document de l’unité anti-corruption fournissant le motif du licenciement de Badio : une allégation selon laquelle il aurait sollicité un pot-de-vin de 30 000 $ en échange de la libération d’un “Mackenton Philippe” de prison.

Ce n’était pas le seul lien. Le nom de Badio était apparu auparavant, le matin du 7 février. “J’entends le nom de [Joseph Felix] Badio… qui les a amenés à croire que le Département d’État soutenait l’idée”, m’a dit un contact ce jour-là. Plusieurs sources qui connaissent Badio depuis des années ont déclaré qu’il avait longtemps revendiqué des liens avec le FBI et la DEA, même si elles doutaient que ce soit vrai. Après des décennies de travail au gouvernement, il était extrêmement bien connecté à travers le spectre politique. Le Miami Herald a rapporté plus tard que Moïse avait même envisagé Badio pour un poste de haut niveau au sein de son gouvernement.

Est-ce Badio qui a manipulé Markington ? Cela a-t-il expliqué le transfert de 30 000 $ du Mexique ? Badio l’a-t-il poussé à tout faire en lui promettant de l’aider à sortir de prison ? Badio était en communication directe avec Markington depuis au moins début août 2020, avant même que Markington n’ait établi un lien avec les Gauthier ou toute autre personne finalement arrêtée à Petit Bois. Le nom de Badio, cependant, n’est jamais apparu publiquement à l’époque.

La relation de Markington avec les personnes arrêtées à Petit Bois ou avec Badio aurait été un lien facile à établir pour les enquêteurs de la police haïtienne. Un examen rapide des enregistrements téléphoniques permettrait d’identifier son rôle dans l’affaire. Je peux confirmer que la police haïtienne avait cette information. De plus, Markington lui-même a appelé plusieurs fois la police le matin des arrestations à partir d’un téléphone portable enregistré à son nom. L’autre individu qui avait apparemment été impliqué dès le premier jour était Mario Beauvoir, l’ancien commissaire du gouvernement qui avait quitté la ville le jour des arrestations. La police n’a même jamais émis de mandat d’arrêt contre lui. 

C’était comme si les autorités n’avaient aucune intention d’enquêter. Pourquoi? Et, si une véritable enquête avait eu lieu, le président aurait-il fini par mourir ?

 Le complot

4 avril 2016 Article de Reuters détaillant le stratagème de la drogue et de l’uranium.

En 2016, un trafiquant d’armes colombien a été condamné à 13 ans de prison aux États-Unis pour avoir prétendument négocié un accord de cocaïne contre des armes à feu, qui comprenait également l’obtention d’uranium hautement enrichi destiné à des groupes rebelles colombiens et peut-être même au gouvernement vénézuélien. C’était une grande histoire, celle qui, selon le gouvernement américain, montrait la volonté claire de la part de ces acteurs criminels de commettre des actes de terreur contre les États-Unis. Cependant, il n’y a jamais eu d’uranium. En fait, le complot avait commencé en 2009 et, dès le début, il s’agissait d’une opération d’infiltration dirigée par le FBI. Lorsqu’en 2013, après avoir continué à être poussé par des informateurs du FBI, le Colombien a envoyé une petite quantité de cocaïne aux États-Unis en pensant qu’il recevrait en retour une cargaison d’armes de grande puissance, il a été arrêté. C’est une tactique courante du FBI qui génère souvent des titres éclaboussants de “terreur évitée”. Mais une fois que les détails émergent, cela ressemble surtout à un piège – similaire à Petit Bois.

L’informateur confidentiel du FBI au centre de ce complot “d’uranium” très médiatisé était Arcángel Pretel Ortíz, selon les avocats représentant la famille colombienne d’un co-accusé dans l’affaire décédé dans une prison américaine. Pretel deviendra plus tard un associé de CTU Security, l’entreprise qui a embauché les mercenaires colombiens. En plus de travailler comme informateur du FBI en Colombie, Pretel a également travaillé comme entraîneur pour l’unité d’élite antidrogue de l’armée colombienne, connue sous le nom de Bloque de Búsqueda. C’est au cours de ce travail qu’il a rencontré pour la première fois au moins certains des hommes qui finiraient par se retrouver assis dans une prison haïtienne, accusés d’avoir assassiné le président. Le travail en Haïti n’était pas le premier de Pretel avec ses vieux amis. Fin 2020, Pretel, Antonio Intriago, le propriétaire de CTU Security, et Germán Rivera García, qui serait le chef des mercenaires colombiens, se sont rendus en Bolivie. Selon les autorités locales, les trois hommes avaient été contactés au sujet d’un plan visant à assassiner Luis Arce, alors candidat à la présidence lors des prochaines élections, par des responsables qui avaient pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État l’année précédente. Arce a fini par remporter le vote facilement et tous les plans pour son assassinat ont été abandonnés.

Enregistrement d’entreprise en Floride pour Counter Terrorism Unit Federal Academy LLC. La société a été créée en 2019 avec deux managers cotés : Antonio Intriago et Pretel O. Arcangel. Intriago, par l’intermédiaire de ses avocats, affirme que Pretel avait une relation de travail avec le FBI.

García, surnommé «Colonel Mike», a déclaré aux enquêteurs haïtiens que Pretel, qu’il connaissait depuis 15 ans, l’avait contacté en février ou mars 2021 avec une offre pour plus de travail, cette fois en Haïti. Il n’a apparemment fait aucune mention de son voyage en Bolivie. García a finalement appris que le travail en Haïti consistait à assurer la sécurité d’un pasteur nommé Christian Emmanuel Sanon.

À ce moment-là, Sanon parlait de ses relations et de son soutien au sein du gouvernement américain depuis au moins deux ans. Il en avait convaincu pas mal. Sanon avait eu des réunions régulières avec un groupe d’individus d’horizons divers, parlant de grands plans pour redévelopper Haïti et restaurer la bonne gouvernance. Compte tenu du COVID-19, elles ont eu lieu sur Zoom. Une participante fréquente, une Américaine nommée Helen Manich, s’est souvent présentée comme travaillant pour le gouvernement américain, selon un participant. Ce n’aurait pas été la première fois qu’elle revendiquait de tels liens. Une autre source, qui connaissait la femme depuis des années, a raconté une interaction avec elle dans laquelle elle prétendait travailler pour le renseignement américain.

Début 2021, James Solage, un Haïtien-américain vivant en Floride à l’époque, a reçu un appel téléphonique de Sanon, qu’il prétend n’avoir rencontré que récemment par l’intermédiaire d’une connaissance commune. Sanon a déclaré qu’il venait de sortir d’une réunion avec le Département d’État, qui l’avait choisi pour être le prochain président d’Haïti, a déclaré Solage aux enquêteurs haïtiens. Sanon lui a demandé de l’aider et Solage dit que c’est lui qui a trouvé CTU Security. Son témoignage est rempli de références au soutien américain. Solage a assisté à plusieurs réunions au bureau de la société de sécurité, dont une avec Sanon, un ancien sénateur haïtien, un maire haïtien et trois personnes qui, selon lui, se sont présentées comme des agents du FBI.

20 septembre 2021 Article d’Univision sur Arcangel Pretel.

Après les arrestations, les avocats d’Intriago, PDG de CTU Security et partenaire d’Arcángel Pretel, ont publié une longue lettre pour défendre leur client. Il déclare que Sanon avait lancé l’entreprise sur “le redéveloppement d’Haïti à travers des projets d’infrastructure”, et nie que leur client ait eu connaissance de l’assassinat. Mais la lettre affirme également qu’Intriago pensait que ses actions bénéficiaient du soutien total du gouvernement américain. Arcángel Pretel “s’est présenté” comme ayant une “relation de travail à long terme” avec le FBI et avait invité des agents dans les bureaux de la CTU à plusieurs reprises, indique la lettre. 

Lettre de l’avocat de CTU Security alléguant qu’Arcángel Pretel se présentait comme ayant une relation de longue date avec le FBI.

« Chaque fois que M. Intriago a remis en question la légalité de fournir des services de sécurité au Dr Sanon ou à toute autre personne en Haïti, M. Arcángel a appelé ses contacts du FBI et M. Intriago est devenu convaincu que le gouvernement des États-Unis savait exactement ce qui se passait en Haïti », écrivent les avocats.

Où que vous regardiez, les individus soupçonnés d’avoir été impliqués dans l’assassinat du président semblent croire que leurs actions avaient le soutien des États-Unis. Même les anciens officiers militaires colombiens ont été amenés à croire que leur nouveau travail était soutenu par le Département d’État. Cela reflète presque parfaitement le cas de Petit Bois, sauf que cette fois, un certain nombre d’acteurs clés semblent avoir des liens confirmés avec des agences américaines. Ce n’était pas seulement Arcángel Pretel.

Photo d’un des anciens soldats colombiens en République dominicaine, postée sur Facebook.

Joseph Vincent, informateur de longue date de la DEA, est arrivé en Haïti début janvier. Un Haïtien-Américain, il avait été arrêté en Floride pour fraude de passeport en 1999. Il a commencé à travailler avec l’agence peu après. Selon des documents de la police, Vincent a déclaré aux enquêteurs haïtiens qu’après avoir atterri en Haïti, il avait été contacté par un homme du nom de Bob Balthazar, qui, dit-il, travaillait pour le département d’État américain. Balthazar lui a dit de parler à Christian Sanon d’un projet de gouvernement de transition. Lorsqu’il s’est entretenu avec Sanon, le pasteur a fait part à Vincent de ses projets de devenir Premier ministre. Vincent dit que le plan était de prendre le pouvoir légalement, après la fin du mandat constitutionnel de Moïse, qui, selon beaucoup, était le 7 février 2021, le jour des arrestations de Petit Bois. Vincent, par l’intermédiaire de son avocat, soutient qu’il n’a jamais voyagé en Haïti que pour les affaires officielles du gouvernement américain. 

Bob Balthazar est une figure bien connue dans certains milieux haïtiens. C’est quelqu’un qui prétend depuis longtemps avoir des liens avec le gouvernement américain. Vrai ou non, la perception en Haïti est que Balthazar est connecté, et il semble avoir construit une grande partie de sa carrière en faisant avancer cette perception. “Il connaît tout le monde en Haïti, dans la politique, les affaires et la police nationale”, a déclaré un contact, qui le connaît depuis des décennies. Balthazar est également un associé connu d’Helen Manich, la femme qui avait assisté aux réunions de planification de Sanon et avait également longtemps prétendu travailler pour le gouvernement américain. Sanon a déclaré aux enquêteurs haïtiens que c’était Balthazar qui l’avait mis en contact avec John Joel Joseph, un ancien sénateur haïtien qui avait assisté à des réunions dans les bureaux de la société de sécurité basée en Floride et avait loué les voitures utilisées par les Colombiens la nuit de l’assassinat. Joseph a été arrêté en Jamaïque à la mi-janvier. Balthazar n’a pas répondu aux messages répétés demandant un commentaire.

Photo d’un des anciens soldats colombiens en République dominicaine postée sur Facebook.

Début mai, il y a eu une réunion dans la salle de conférence de Fort Lauderdale de Worldwide Capital, une petite société de prêt dirigée par un riche Équatorien. La société a accepté de lever des fonds pour les plans de réaménagement grandioses de Sanon. Présents à la réunion, selon une photo publiée plus tard par la police haïtienne, étaient Sanon; Solage; l’ancien sénateur Joseph; ainsi que les partenaires de CTU Security, Intriago et Arcángel Pretel. Quelques semaines plus tard, Sanon et ses nouveaux partenaires de Worldwide et CTU sont arrivés en Haïti à bord d’un jet privé. Ils ont partagé leur temps entre l’hôtel Maxime Boutique à Pétionville et une résidence privée à Delmas 60, où Sanon a commencé à tenir des réunions politiques régulières.

À ce moment-là, le premier groupe de quatre Colombiens était déjà en Haïti, dont Rivera García, le soldat initialement contacté par leur vieil ami Pretel. Début juin, un deuxième groupe composé de 20 Colombiens est entré en Haïti. Ils s’étaient d’abord envolés pour la République dominicaine, où un certain nombre d’anciens soldats ont pris des photos d’eux-mêmes sur des sites touristiques et les ont publiées sur les réseaux sociaux. S’ils étaient en mission secrète pour assassiner un président, personne ne semblait trop concerné.

Photo d’un des anciens soldats colombiens en République dominicaine postée sur Facebook.

 Selon des membres de la famille des Colombiens, une fois qu’ils se sont présentés en Haïti, ils n’avaient pas grand-chose à faire. Certains se sont plaints des longues heures passées à accompagner Sanon, mais la plupart ont dit aux membres de leur famille qu’ils étaient simplement suspendus à leur appartement, cuisinant sur le barbecue et attendant. Ils n’avaient même pas d’armes et les chèques de paie promis ne se sont pas encore concrétisés. Deux parmi le premier groupe ont décidé d’arrêter et sont retournés en Colombie. Sur le terrain en Haïti, les plans ont commencé à changer rapidement.

Quatre des officiers militaires colombiens à la retraite arrêtés en Haïti peuvent être vus en train de cuisiner à l’endroit où ils ont séjourné à Port-au-Prince.

Une lutte interne pour le pouvoir

Début juin, le même jour où un groupe de militaires colombiens à la retraite a traversé la frontière entre la République dominicaine et Haïti, Dimitri Herard, le chef de la sécurité du président, a également franchi la frontière. Herard a affirmé que ce voyage n’avait rien à voir avec l’arrivée des Colombiens, mais le timing est difficile à ignorer complètement. Herard revenait d’un voyage officiel en Équateur pour assister à une inauguration présidentielle. Il a voyagé relativement fréquemment en Équateur même après avoir terminé ses études militaires là-bas. Au retour, comme à son habitude, il s’est arrêté en Colombie avant de poursuivre sa route vers la République dominicaine. Mais il n’est pas retourné directement en Haïti et, quand il l’a fait, il n’a pas pris l’avion pour la capitale. Au lieu de cela, il a traversé par terre près de Malpasse, tout comme les Colombiens l’ont apparemment fait. 

Le média colombien El Tiempo rapporte : “Les six voyages à Bogota du chef de la sécurité du président d’Haïti.”

En tant que chef de la garde du palais présidentiel, Herard avait l’habitude de faire venir des mercenaires étrangers pour aider aux opérations. Il possédait également sa propre société de sécurité privée et aurait fait l’objet d’enquêtes des forces de l’ordre américaines pour trafic de drogue et d’armes. Une source policière de haut niveau m’a dit quelques semaines seulement avant l’assassinat que Moïse allait laisser les États-Unis arrêter Herard. Et il y a des indications que Herard prévoyait de quitter le pays : il devait se faire vacciner contre le COVID-19 en Équateur deux semaines seulement après l’assassinat, selon les archives du gouvernement. Selon le témoignage de Joseph Vincent, l’informateur de la DEA, Herard était le « principal instigateur » du plan visant à obtenir des armes et d’autres équipements pour les Colombiens. Le témoignage de Solage allègue également que Herard a aidé à obtenir des armes et des munitions. 

Deux jours seulement après l’arrivée du deuxième groupe de Colombiens en Haïti, Joseph Felix Badio, l’homme qui avait joué un rôle dans la tromperie de Petit Bois, a appelé son ami Reynaldo Corvington, propriétaire d’une société de sécurité à Port-au-Prince qui existait depuis l’époque de Duvalier et pour laquelle Badio a fourni des services juridiques. Selon une lettre publiée par l’avocat de Corvington, Badio a déclaré « qu’un officier du FBI et un responsable de la DEA » voulaient rencontrer Corvington. Selon l’avocat, Badio est arrivé avec Solage, Vincent, l’ancien sénateur Joseph, l’un des Colombiens, et Rodolphe Jaar. Le dernier est un membre d’une famille d’élite bien connue en Haïti qui a travaillé pendant des années comme informateur de la DEA avant d’être finalement arrêté pour trafic de cocaïne et de passer quelques années dans une prison américaine. Selon certains des Colombiens, ils étaient à la résidence de Jaar la nuit de l’assassinat, attendant le feu vert. Jaar a été arrêté début janvier en République dominicaine et transféré aux États-Unis quelques semaines plus tard. Il aurait coopéré avec les autorités américaines. 

Plainte pénale américaine contre Rodolphe Jaar, descellée le 20 janvier 2022. Dans une déclaration aux forces de l’ordre américaines, Jaar a admis “avoir fourni des armes à feu et des munitions aux Colombiens pour soutenir l’opération d’assassinat”. Il a déclaré que l’opération était passée d’une opération d’arrestation à une opération d’assassinat après que le plan initial de “capturer” le président haïtien à l’aéroport et de l’emmener par avion n’ait pas abouti”, selon un affidavit joint.

Dans une déclaration aux forces de l’ordre américaines, Jaar a admis “avoir fourni des armes à feu et des munitions aux Colombiens pour soutenir l’opération d’assassinat”. Il a déclaré que l’opération était passée d’une opération d’arrestation à une opération d’assassinat après que le plan initial de “capturer” le président haïtien à l’aéroport et de l’emmener par avion n’ait pas abouti”, selon un affidavit joint. 

Selon le témoignage de Vincent et Solage, Herard était également censé être à la réunion mais n’a pas pu y assister. Il connaissait pourtant bien l’entreprise. Le gendre de Corvington, qui travaillait dans la société de sécurité, était un ami d’enfance d’Herard et était allé à l’école de karaté ensemble. Un autre employé de Corvington, Gilbert Dragon, avait fréquenté l’académie de police en Équateur, bien que des années avant le séjour d’Herard là-bas.

Lors de la réunion, selon la lettre de l’avocat, Badio a présenté à Corvington un plan visant à arrêter plus de deux douzaines d’hommes d’affaires et de hauts responsables gouvernementaux pour leur implication dans le blanchiment d’argent et le trafic de drogue. Les avocats soutiennent que Corvington a demandé à voir les mandats d’arrêt et, lorsque Badio n’a pas pu en produire, il a mis fin à la réunion et c’est tout. Corvington et son gendre sont tous les deux en prison. Dragon l’était aussi, avant de décéder du COVID-19 à la mi-novembre. Notamment absent de la réunion était Christian Sanon, qui a déclaré aux enquêteurs de la police après son arrestation qu’il ne savait même pas qui était Badio. Mais en Haïti, la rumeur circulait vite sur son activité. C’était arrivé jusqu’au président.

Extrait d’une lettre publiée par l’avocat de Reynaldo Corvington. Il affirme que Joseph Felix Badio a présenté un plan, soutenu par le FBI et la DEA, pour arrêter 34 hommes d’affaires et politiciens haïtiens.

Le 10 juin, Moïse a noté quelques mots dans un carnet que les enquêteurs ont ensuite retrouvé dans sa chambre. “Pour vérifier le nom complet et le numéro de téléphone du pasteur Sanon à propos d’une tentative de coup d’État”, a-t-il écrit. Mais, déjà, Sanon semblait perdre le contrôle. Selon les témoignages de certains des Colombiens, obtenus par les médias colombiens, les officiers se sont rendus compte que Sanon manquait de soutien politique et serait incapable de prendre le pouvoir.

Extrait de l’enquête de la police haïtienne. La police a découvert trois cahiers dans la résidence de Moise. Dans l’une se trouve une note datée du 10 juin : « Pour vérifier le nom, prénom et téléphone du pasteur Sanon à propos d’un éventuel coup d’État. Dans un autre, il y a des notes sur les discussions de Moise pour un nouveau Premier ministre avec Jean Hector Anacasis. Moise a rejeté une option comme étant trop proche de Sanon.

Plus tard ce mois-là, selon le témoignage de certaines des personnes arrêtées, il y a eu une réunion au domicile de l’ancienne juge de la Cour suprême Wendelle Coq Thélot, la femme qui avait été le choix initial de Sanon comme présidente, et qui avait également été liée à Petit Bois. L’avocat de la CTU affirme que, lors de cette réunion, Coq Thélot et un commissaire du gouvernement ont signé un document autorisant la CTU et les entrepreneurs colombiens à arrêter le président Moïse. Coq Thélot est actuellement recherchée par la police et n’a pu être jointe pour commenter ; cependant, un membre de la famille a déclaré au Washington Post que le document était faux. Le commissaire du gouvernement a accepté. “C’est la première fois que je vois ce document de ma vie”, a-t-il déclaré au Post. “Quelqu’un a essayé d’imiter ma signature.” 

Document publié par les avocats de CTU Security apparemment signé par la juge de la Cour suprême Wendelle Coq Thélot et un commissaire du gouvernement nommé Gerald Norgaisse, demandant l’aide de la société basée en Floride. Tous deux nient l’authenticité dudit document.

Un ami de Sanon a déclaré au Miami Herald qu’ils avaient reçu un appel une semaine avant l’assassinat et que Sanon avait déclaré que son équipe de sécurité l’avait abandonné. Sanon a dit la même chose à la police haïtienne. Le témoignage des Colombiens détenus indique également que les plans avaient changé. Quelques-uns des Colombiens ont affirmé qu’environ une semaine avant l’assassinat, ils avaient reçu un ordre de Joseph Felix Badio. Leur mission n’était plus d’arrêter le président ; au lieu de cela, on leur a demandé de l’assassiner ainsi que toute autre personne à l’intérieur de la résidence. “Il était temps d’entrer et de tuer tout le monde, il était temps de tuer tous les policiers… s’il y avait même un animal de compagnie, tuez l’animal, il ne pouvait y avoir de témoins”, aurait déclaré l’un des détenus colombiens.

Ce n’était un secret pour personne que de nombreux opposants à Moïse voulaient qu’il parte, mais il devenait également une barrière même pour ses propres alliés. Au fur et à mesure que 2021 avançait, il est devenu de plus en plus clair que les tentatives du président d’organiser des élections et un vote sur la réforme constitutionnelle échouaient. Sans les élections, il semblait probable qu’en février 2022, Moïse serait contraint de démissionner sans successeur élu pour prendre le pouvoir. C’était une menace pour le PHTK et les alliés de Moïse, qui perdraient potentiellement l’accès au pouvoir, ainsi que pour les États-Unis et d’autres donateurs, qui voyaient de plus en plus leurs efforts pour apporter la stabilité en Haïti s’évaporer. Dans les semaines qui ont précédé l’assassinat de Moïse, le président s’était discrètement engagé dans des négociations sur un nouveau gouvernement, dont il espérait qu’il serait en mesure de déloger les obstacles qui s’opposaient aux élections. Avec le recul, on se demande s’il négociait avec un pistolet sur la tempe.

Le 2 juillet au matin, le président a passé plus d’une heure au téléphone avec Jean Hector Anacasis, un ancien sénateur qui avait travaillé sur la campagne de l’adversaire de Moïse aux élections de 2016. Les deux ont discuté des options pour un nouveau Premier ministre. Le président s’est également entretenu avec Josué Pierre Louis, qui a occupé divers postes officiels pendant des décennies. Dans son carnet, Moïse a noté trois noms, dont un que le président a écarté comme apparemment trop proche de Christian Sanon. Le lendemain, Moïse a reçu un avertissement lui disant qu’il se préparait quelque chose, et de surveiller de près son équipe de sécurité. Mais rien ne s’est passé.

Le 4 juillet, les négociations se sont poursuivies. Moïse a reparlé avec Anacasis puis directement avec le Dr Ariel Henry, l’un des noms de la liste qu’il avait dressée quelques jours plus tôt. La décision a été prise, même si le président ne cherchait pas simplement à apaiser ses détracteurs ; c’était aussi une tentative du président de garder ses propres alliés heureux. Plusieurs sources proches de Moïse ont déclaré qu’il avait décidé d’apporter son soutien à quelqu’un d’autre que son prédécesseur, Michel Martelly, lors des prochaines élections. Cela avait rendu Martelly livide. Mais Henry, neurochirurgien de métier, était le choix de Martelly pour le poste de Premier ministre. Bien qu’il soit resté lié à certaines factions de l’opposition politique, Henry avait également été ministre de l’Intérieur pendant la dernière année de mandat de Martelly et avait entretenu une amitié personnelle étroite avec Sophia St. Remy, l’épouse de Martelly. Dans l’après-midi du 5 juillet, le président a publié un décret nommant Henry premier ministre.

Moïse a confié à un allié que, tout en acceptant le choix de Martelly, il avait toujours son propre plan. Avec Henry, Moïse a estimé qu’il serait en mesure de tempérer les critiques, d’élargir sa base de soutien politique et de parvenir à un accord pour les élections. Et, une fois l’infrastructure en place et le vote prévu, c’est lui qui reprendrait le volant, pas Martelly. Pourtant, de nombreux partisans extrémistes de Moïse au sein du gouvernement se sont opposés à la stratégie et ont cherché à torpiller la nomination d’Henry avant qu’il ne prenne officiellement ses fonctions. L’un des meilleurs conseillers de Moïse a contacté un avocat, cherchant n’importe quoi pour essayer d’amener le président à annuler la nomination. La prestation de serment officielle d’Henry a été repoussée de quelques jours. A la veille de son assassinat, Jovenel Moïse était mêlé à une lutte de pouvoir interne tous azimuts.

Le 6 juillet, le président s’est entretenu avec un ami, un ancien sénateur. Moïse était resté chez lui ce jour-là au lieu de se rendre au Palais National. “Il m’a dit que beaucoup de gens dépensaient beaucoup d’argent pour l’assassiner”, a raconté plus tard l’ami à Reuters. Moïse, a déclaré son ami, savait que des mercenaires colombiens se trouvaient en Haïti et a déclaré qu’il prévoyait de les arrêter. 

« J’ai dit:” Pourquoi ne le fais-tu pas tout de suite? ” A déclaré l’ami à Reuters. “Il a dit:” Je vais le faire. ” » 

Quelques heures plus tard, le président était mort.

L’assassinat

Les détails de ce qui s’est passé cette nuit-là restent très flous. Les témoignages recueillis par les enquêteurs haïtiens sont contradictoires et partiels. Ce que nous savons, c’est que, juste avant 1h30 du matin, les habitants du quartier présidentiel ont commencé à entendre de nombreux coups de feu. Un voisin a rapporté avoir vu un drone voler au-dessus de sa tête. 

Deux des Colombiens sont capturés et livrés à la police par des habitants d’un quartier voisin.

A 1h34, le président s’est entretenu avec le coordinateur de ses équipes de sécurité, Jean Laguel Civil, lui disant qu’il y avait beaucoup de tirs et d’envoyer en urgence des renforts. Deux minutes plus tard, Moïse a appelé le chef de la police, Léon Charles, qui était toujours au siège de la police après une longue journée de travail. Puis il a appelé Dimitri Herard, qui n’était pas de service cette nuit-là, mais chez lui. Le dernier appel du président, à 1h46, était à Vladimir Paraison, un policier et ami proche de Moïse. Quelques minutes plus tard, des voisins ont rapporté avoir entendu trois fortes explosions.

À un moment donné, James Solage a pris un haut-parleur et a déclaré, à la fois en anglais et en créole, qu’il s’agissait “d’une opération de la DEA”, et a appelé tout le monde à faire profil bas.

Un certain nombre de Colombiens ont témoigné plus tard que la porte d’entrée avait été laissée ouverte et qu’ils étaient simplement entrés. D’autres rapports indiquent que les explosions provenaient d’un groupe de Colombiens entrés par effraction dans la maison. Ce qui est clair, c’est que, quelques minutes après ces explosions, le président Jovenel Moïse était mort et sa femme grièvement blessée. Deux de leurs enfants se sont apparemment cachés dans leur chambre et n’ont pas été dérangés. Après environ 15 minutes de pause, les habitants ont rapporté avoir entendu les tirs reprendre juste après 2 heures du matin. Et pourtant, dans l’apparente pluie de coups de feu, pas une seule personne n’a été blessée ou tuée à part le président et la Première Dame. Un agent de sécurité en service cette nuit-là a ensuite été retrouvé caché dans la cour sans vêtements. Il avait abandonné son uniforme quand tout a commencé. 

Bien que Paraison ait été le dernier appel de Moïse, il a été le premier à se présenter et, selon plusieurs sources et l’enquête de la police haïtienne, c’est Paraison qui a fini par trouver le président mort et qui a emmené Martine Moïse à l’hôpital. Herard et Laguel seraient également arrivés sur les lieux vers 2 heures du matin. Laguel a témoigné que sur le chemin de la résidence, il est tombé sur un groupe d’hommes lourdement armés qui l’ont empêché de s’y rendre. La version de Herard est que lorsqu’il est arrivé au quartier présidentiel de Pelerin 5, il a entendu quelqu’un sur un haut-parleur qui affirmer qu’une opération de la DEA était en cours. Il ne s’en est pas rapproché. 

Plutôt que d’affronter directement le groupe armé, la police haïtienne affirme avoir mis en place des barrages routiers – l’un au pied de la route de Kenscoff, qui ouvre sur une place publique, la Place Saint-Pierre, et l’autre plus haut sur la route. Une question partiellement sans réponse, qui a été la cause de nombreuses spéculations, est de savoir pourquoi ce groupe d’élite d’anciens officiers militaires colombiens n’avait pas de plan de sortie adéquat. Encore une fois, il n’y a pas eu d’explication claire. Quoi qu’il en soit, les Colombiens ont fini par se réfugier dans un immeuble de deux étages entre Pelerin 5 et Place Saint-Pierre. Pendant ce temps, Arcangel Pretel, l’homme qui les avait recrutés des mois plus tôt, parait avoir tenté de sauver l’opération. « Il semble qu’il y ait une mauvaise communication avec la police locale, et cela peut causer des problèmes pour vous tous », a-t-il envoyé dans un SMS à un suspect, selon le New York Times. “Le nouveau président devrait prêter serment”, a-t-il ajouté, dans une référence apparente à Coq Thélot, la juge de la Cour suprême.

Lorsque le Premier ministre par intérim Claude Joseph, qui devait être remplacé plus tard dans la journée par Henry, s’est adressé à la presse quelques heures plus tard, il a déclaré que le président avait été assassiné par un groupe de mercenaires étrangers, qu’on avait entendu parler en espagnol. « Restez calme, la nation est en sécurité, recherchons l’harmonie », a-t-il dit, même si, à l’époque, la police n’avait encore arrêté personne lié à l’assassinat. Un témoin a affirmé avoir vu Herard à l’un des barrages routiers ce matin-là « parler avec désinvolture aux conducteurs » qui passaient. Personne ne semblait apparemment inquiet.

À 7 heures du matin, après que Joseph ait confirmé publiquement la mort du président, un journaliste haïtien a pris une photo de l’extérieur de l’hôtel Kinam sur la place Saint-Pierre. Juste à l’est de l’hôtel se trouve le début de la route de Kenscoff, qui serpente dans les collines qui traversent les banlieues les plus riches de la capitale, y compris Pèlerin 5, où vivait le président. Sur la photo, on peut voir deux des véhicules de l’unité de sécurité présidentielle bloquant la route de Kenscoff et, à quelques mètres derrière eux, deux hommes portant des chemises, des cravates et des pantalons kaki. James Solage et Joseph Vincent, les deux Haïtiens-Américains, dont au moins un avait été un informateur de la DEA, qui avaient été chez le président avec des Colombiens quelques heures auparavant, ont l’air aussi calme que possible. Ils ne se cachent pas. Ils ne paniquent pas. Ils sont en plein jour, sur une place publique généralement animée.

Environ une heure plus tard, un autre journaliste local, Malhaiko Senechal, à moto, a traversé la barricade et a finalement rencontré les Colombiens dans le bâtiment où ils avaient campé pendant près de cinq heures. Vincent et Solage étaient là aussi, bien qu’ils aient enlevé leurs cravates.

Senechal a déclaré plus tard à CNN que les Colombiens semblaient agités mais n’étaient pas ouvertement hostiles ou contrariés. Ils lui ont demandé d’arrêter de filmer mais l’ont laissé rester. Là-bas, Sénéchal pouvait entendre Vincent au téléphone. Il était en direct sur les ondes d’une station de radio locale, Radio Mega.

 “Il y a des pertes en vie, mais nous ne l’avons pas fait”, a-t-il déclaré. “Ce groupe travaillait pour le président”, a poursuivi Vincent. « C’est un groupe qu’il a laissé entrer dans le pays pour assurer sa sécurité. Il s’avère que le même groupe a reçu un mandat d’arrêt contre le président. »

Après avoir décrit le mandat, Vincent a affirmé que “quelque chose de terrible s’est produit, même si nous ne nous attendions pas à ce que cela se produise”.

Après la mort du président, Vincent était au téléphone presque sans arrêt, selon les enregistrements obtenus par la police haïtienne. Il s’est entretenu avec John Joel Joseph, l’ancien sénateur, et avec plusieurs policiers haïtiens; il a appelé le bureau du FBI à Miami, la hotline de l’ambassade des États-Unis et même les numéros publics de quelques bureaux du Congrès américain. Il a passé 10 appels téléphoniques à Bob Balthazar, l’Américain d’origine haïtienne bien connecté qui, a-t-il dit plus tard à la police, travaillait pour le Département d’État et l’avait mis en relation avec Sanon sept mois plus tôt. Il a également, la DEA le reconnaîtra plus tard, appelé son officier traitant à l’agence.

 “A la suite de l’assassinat du président Moïse, le suspect a joint ses contacts à la DEA”, indique un communiqué de l’agence. “Un responsable de la DEA affecté à Haïti a exhorté le suspect à se rendre aux autorités locales et, avec un responsable du Département d’État américain, a fourni des informations au gouvernement haïtien qui a aidé à la reddition et à l’arrestation du suspect et d’un autre individu.” La DEA a nié que l’une des personnes impliquées dans l’attaque opérait en son nom.

Juste après 16h00, Vincent a établi un contact avec un policier haïtien, Jacque Sincere, et a commencé à négocier sa reddition. Au bout de près de deux heures, Vincent et Solage se sont rendus à la police haïtienne. Ce n’est qu’alors que la police a lancé une attaque contre le bâtiment où se trouvaient les Colombiens. Trois Colombiens sont morts, dont un d’une seule balle dans la tête. Sur les corps, les enquêteurs ont trouvé des dizaines de milliers de dollars en devises américaines. Onze des Colombiens ont fui et ont finalement pénétré par effraction dans l’ambassade de Taïwan, cherchant refuge. Ils ont ensuite dit aux enquêteurs que Pretel, l’ancien informateur du FBI, leur avait promis que l’aide des États-Unis était en route. Elle n’est jamais arrivée et Pretel n’a pas été vu ni entendu depuis.

Le lendemain, 8 juillet, les hommes de l’ambassade se sont rendus à la police haïtienne et un certain nombre d’autres Colombiens ont été appréhendés par des habitants des quartiers voisins et remis aux autorités. Au total, 18 Colombiens ont été arrêtés. Un seul d’entre eux semble avoir réussi à éviter l’arrestation ou la mort. Il a finalement été détenu en Jamaïque puis extradé vers les États-Unis en janvier, où il est accusé de complot en vue d’assassiner un dirigeant étranger et risque la prison à vie. Il coopère probablement avec les forces de l’ordre américaines.

Le média colombien Caracol a obtenu le témoignage d’au moins quatre des Colombiens. Dans ces enregistrements, les anciens militaires avouent avoir assassiné le président et désignent même l’individu qui a tiré les coups de feu mortels. Mais, il a été difficile de prendre tout ce qu’on nous a dit au pied de la lettre. Le rapport d’enquête de la police haïtienne et les rapports de la presse colombienne sont tous basés sur des témoignages d’individus, autrement dit des ouï-dire. Les Colombiens emprisonnés ont déclaré que leur témoignage avait été obtenu sous la torture. Pendant ce temps, certains ont communiqué une histoire très différente, affirmant qu’ils pensaient que le plan était d’arrêter le président et qu’ils n’avaient aucune idée de l’assassinat. CTU Security, l’entreprise qui avait embauché les Colombiens, a affirmé que lorsque leurs employés sont arrivés au domicile du président, il était déjà mort.

“Ils veulent nous faire porter le chapeau pour la mort de cet homme “, a écrit un Colombien à sa femme le lendemain de l’assassinat. “Ils savaient déjà ce qu’ils faisaient “, a-t-il déclaré. “Ils nous ont trompés.”

Badio, qui aurait donné l’ordre et accompagné au moins certains des Colombiens à la résidence de Moïse, était introuvable après l’assassinat. Qui avait trompé qui ? Badio avait-il trompé tout le monde ? Au nom de qui ? Un groupe de Colombiens a-t-il trompé les autres ? L’équipe de sécurité du président – dont aucun n’a même été blessé lors de l’attaque – a-t-elle trompé les Colombiens ? Moïse avait-il autorisé l’entrée des Colombiens en Haïti uniquement pour être assassiné par ce même groupe ? Si oui, qui avait trompé le président ?

Un futur incertain

L’enquête judiciaire en Haïti a été difficile depuis le début et, comme lors de l’assassinat de Jean Dominique 20 ans plus tôt, peu s’attendent à ce qu’elle identifie un jour les véritables auteurs intellectuels du crime. Plus on regarde en profondeur, plus les liens entre les deux meurtres apparaissent. Il y a le tableau d’ensemble : l’héritage de l’impunité, une impunité qui n’a fait qu’engendrer la même chose. Mais aussi, le plus spécifique : le fait que l’un des principaux suspects de l’assassinat du président, Badio, ait été en communication directe avec un suspect dans l’affaire Dominique, quelqu’un qui semble s’être fait passer pour un ancien employé du Département d’État afin d’obtenir un soutien pour le projet Petit Bois.

Deux des Colombiens sont capturés et livrés à la police par des habitants d’un quartier voisin.

Puis, fin juillet 2021, un procureur bien connu dans l’affaire Dominique est décédé en République dominicaine dans des circonstances suspectes. Claudy Gassant avait un jour dénoncé l’ingérence du gouvernement dans son enquête, allant même jusqu’à fuir le pays, disant craindre pour sa vie. Plus récemment, il avait été licencié en tant que directeur de l’agence gouvernementale de lutte contre la corruption, la même institution dont Badio avait été licencié au début de l’année dernière, après avoir ouvert des enquêtes sur certains acteurs au sein de l’administration Moïse. Le doyen du tribunal de Port-au-Prince, l’homme chargé de sélectionner un juge pour instruire l’affaire, avait lui-même été juge sur l’assassinat de Dominique. Et l’histoire semble se répéter.

1er août 2021 Article du Miami Herald sur la mort de Claudy Gassant, chargée d’enquêter sur la mort de Jean Léopold Dominique.

Le premier juge d’instruction chargé de l’affaire de l’assassinat présidentiel s’est désisté au lendemain du décès d’un de ses greffiers dans des circonstances obscures. Deux autres greffiers qui ont participé à l’enquête ont reçu des menaces de mort d’un numéro anonyme. Les menaces sont survenues quelques jours seulement après que l’un des greffiers a reçu un appel téléphonique de Jean Laguel Civil, l’un des principaux responsables de la sécurité du président, demandant des informations sur l’affaire. Le greffier a ensuite reçu l’ordre de supprimer certains noms du dossier d’enquête et d’en ajouter d’autres. Une enquête de CNN a révélé des preuves supplémentaires de falsification de témoins, de destruction de preuves et d’une myriade d’autres irrégularités de procédure.

Entre-temps, une quarantaine de personnes sont actuellement en prison. Il n’est pas clair si elles ont eu accès ou non à une représentation légale. Certains des Colombiens ont déclaré que leur témoignage avait été obtenu sous la torture. La police a émis des mandats d’arrêt contre de nombreux autres suspects et a offert une récompense en argent à toute personne détenant des informations menant à leur arrestation. Fin août, plus de six semaines après l’assassinat, un nouveau juge d’instruction a été affecté à l’affaire. En janvier 2022, après avoir échoué à faire avancer l’affaire, il a en également été retiré.

L’enquête haïtienne a été soutenue depuis le début par les autorités colombiennes, Interpol et le FBI. Beaucoup semblent avoir mis leurs espoirs sur ce dernier comme le meilleur pari pour finalement révéler la vérité derrière le complot d’assassinat. En effet, ces dernières semaines, le ministère américain de la Justice a porté des accusations contre deux suspects qui sont actuellement détenus aux États-Unis. Mais le fait que les principaux acteurs prétendument impliqués aient travaillé, ou travaillent peut-être même encore, en tant qu’informateurs américains, soulève de sérieuses questions sur la capacité du bureau à faire la lumière sur la situation. Et il y a aussi le fait que Dimitri Herard, prétendument la cheville ouvrière de toute l’opération, faisait l’objet d’une enquête américaine depuis au moins 2015 pour des liens avec le trafic de drogue et d’armes. Une source proche du président décédé m’a dit, deux semaines seulement avant l’assassinat, que Moïse avait affirmé que les États-Unis allaient arrêter Herard dans un proche avenir. S’ils l’avaient fait, le président serait-il encore en vie ? De toute évidence, il y a une chance que l’enquête se retourne contre tous ceux qui y sont impliqués, tant en Haïti qu’aux États-Unis.

Plus de six mois se sont écoulés depuis l’assassinat du président. Alors que l’affaire en Haïti stagne, les États-Unis ont porté plainte contre le seul Colombien qui s’est échappé ainsi que contre Rodolphe Jaar. Il est probable que beaucoup de ceux déjà impliqués – Sanon, CTU Security, le financier équatorien, Solage – ont enfreint les lois américaines et haïtiennes, même s’ils disent la vérité et qu’ils n’avaient aucune connaissance de l’assassinat lui-même, et n’y étaient pas impliqués. Mais les autorités, dans l’un ou l’autre pays, pousseront-elles plus loin dans l’élite politique et économique d’Haïti ? Personnellement, j’en doute. L’au-delà est trouble et rempli d’inconnues.

La violence et l’insécurité montent en flèche, ponctuées par l’enlèvement de 16 citoyens américains en octobre. Le spectre d’une nouvelle intervention militaire étrangère plane. Il n’est pas exagéré de dire que l’avenir de l’État haïtien est en jeu. Et tout ce qui peut arriver après ne manquera pas d’ébranler la fragile réalité politique d’Haïti.

Le 14 juillet, le plus grand programme d’information télévisée de Colombie a diffusé ce qu’il prétendait être un reportage exclusif désignant Claude Joseph comme le principal suspect de l’assassinat de Moïse. Les sources n’étaient pas claires et le média fournissait peu de preuves concrètes. Les autorités haïtiennes ont nié que le Premier ministre ait été impliqué dans l’assassinat. Pour Joseph, cependant, les choses allaient se compliquer. En une semaine, les bailleurs ont apporté leur soutien au Dr Ariel Henry, l’homme que Moïse, sous pression, avait nommé deux jours seulement avant son assassinat.

Claude Joseph est d’abord resté au cabinet, revenant à son ancien poste de ministre des Affaires étrangères. Mais les extrémistes de Moïse, se faisant appeler «Jovenelistes», étaient furieux. Un certain nombre de fonctionnaires ont quitté le gouvernement et ont commencé ouvertement à faire campagne contre Henry. Le conflit a mis à nu la scission qui couvait depuis longtemps au sein du mouvement PHTK au sens large, Martelly soutenant Henry d’un côté et Lamothe aidant à mener une campagne pour évincer Henry de l’autre.

En août, j’ai annoncé que le Premier ministre par intérim, le Dr Ariel Henry, avait reçu deux appels téléphoniques de Joseph Felix Badio, l’un des principaux suspects, quelques heures seulement après l’assassinat du président. Le premier appel est venu à 4h03 et a duré trois minutes. Environ 15 minutes plus tard, Badio a rappelé. Cette fois, la conversation a duré quatre minutes. Henry a depuis nié tout souvenir de ces appels, mais il a dit à une station de radio locale qu’il ne croyait pas que Badio aurait pu être impliqué. Si de nombreuses questions demeurent, il ne fait aucun doute que Badio était en fait un personnage clé, non seulement dans le complot qui a abouti à l’assassinat du président mais, comme le montre clairement cette enquête, dans l’affaire Petit Bois cinq mois plus tôt. Henry et Badio, cependant, ont une relation beaucoup plus profonde que ces deux appels.

Lettre du commissaire du gouvernement Bed-Ford Claude au Premier ministre par intérim Ariel Henry lui demandant de se présenter pour un interrogatoire.

Lorsque Henry était ministre de l’Intérieur sous l’ancien président Michel Martelly en 2015, il avait en fait tenté d’embaucher Badio comme chef du renseignement. Ils avaient également été en contact dans les semaines précédant l’assassinat. Les enregistrements téléphoniques obtenus dans le cadre de l’enquête de la police haïtienne ont révélé un appel le 24 juin, sept le 28 juin, un autre le 1er juillet et encore un autre le 4 juillet. “C’est mon bon ami, j’ai le contrôle total sur lui”, aurait dit Badio à dit Jaar quand Henry a été nommé Premier ministre. Jaar et Badio se cachaient à Port-au-Prince à l’époque. Le New York Times a rapporté plus tard que, des mois après l’assassinat, Badio – en liberté, mais toujours en Haïti – avait même visité le bureau d’Henry.

Après que les appels téléphoniques ont été signalés pour la première fois, les “Jovenelistes” ont utilisé cette connexion pour essayer d’évincer Henry. Le commissaire du gouvernement a demandé à Henry de se présenter pour un interrogatoire. Il ne fait aucun doute que, compte tenu de son histoire avec Badio, Henry a beaucoup à répondre. Mais, l’affaire étant déjà en cours devant un juge d’instruction, la demande du procureur était d’une légalité douteuse.

Henry a répondu en limogeant le procureur et en en nommant un nouveau. Il a également remplacé le secrétaire général du conseil des ministres, la plus haute autorité décisionnelle du gouvernement, par Josué Pierre Louis, l’un des individus qui a négocié la nomination d’Henry avec le président. Pierre Louis est également le beau-frère de l’ancien sénateur Joseph, qui serait impliqué dans l’assassinat. Joseph, sa femme (sœur de Pierre Louis) et ses deux enfants ont été arrêtés en Jamaïque à la mi-janvier.

Martine Moise revient à Port-au-Prince avant les funérailles de son mari, accompagnée d’une équipe de sécurité étrangère. Elle est accueillie par Claude Joseph.

Martine Moïse, qui a annoncé elle-même son désir de se présenter à la présidence quelques semaines après la mort de son mari, a depuis déposé une plainte contre Henry pour son rôle présumé dans l’assassinat. Henry a promis de respecter l’indépendance du juge chargé de l’affaire, mais, en novembre, Pierre Espérance, l’un des principaux défenseurs des droits de l’homme, a affirmé que le Premier ministre avait rencontré personnellement le juge et était parvenu à un accord pour éviter d’avoir à témoigner. De plus, il a allégué que Martine Moïse et Henry s’étaient également rencontrés pour discuter de l’affaire. Aucune des parties n’avait intérêt à faire la lumière sur ce qui s’était passé, a-t-il déclaré. “Nous sommes face à une véritable tromperie au lieu d’une enquête”, a conclu Esperance.

Alors qu’un autre 7 février approche, la nation reste dans le purgatoire politique. D’autres projets de gouvernements de transition abondent et Henry, comme Moïse il y a un an, fait face à des appels à la démission. À la fin de l’année dernière, Henry a nommé un nouveau cabinet dans une autre tentative de bricoler une coalition capable de gouverner et de mettre fin à l’impasse. Il s’est engagé à rester en fonction et à organiser des élections d’ici la fin de 2022. Martelly et Martine Moïse devraient être candidats. Peu, cependant, sont optimistes quant à la capacité d’Henry à réussir, notamment parce que l’enquête sur l’assassinat de Moïse continue de peser sur la classe politique haïtienne comme l’épée de Damoclès. La seule chose qui pourrait le résoudre est la vérité, une enquête en Haïti qui va au-delà de la surface et sonde l’élite politique et économique, ainsi que le rôle des gouvernements étrangers. Ce sera probablement désordonné, mais ce n’est qu’en s’attaquant au long héritage d’impunité et d’ingérence internationale qu’Haïti pourra enfin aller de l’avant.

Photo de couverture : Valérie Baeriswyl / HB News



Related Articles

Responses

Your email address will not be published.